Annonce : le tome 6 de Grise Bouille est en fin disponible ! Pensez à vous abonner pour ne pas rater les prochains articles !

Ailleurs, c’est pire

Publié le 13 octobre 2015 par Gee dans La fourche
Inclus dans le livre Grise Bouille, Tome I

Article exutoire comme j’en fais parfois… Parce que des fois, c’est bien de gueuler. Bien sûr, agir, c’est bien aussi 🙂

Ah, et notez que mes piques sur la SNCF (ça faisait longtemps tiens, ça me rappelle le Geektionnerd) ne sont pas vraiment destinées au petit personnel de l’entreprise en question. Comme souvent, le problème vient de bien plus haut

Ailleurs, c'est pire

Si vous êtes français comme moi, vous savez sans doute que nous avons une réputation de branleurs râleurs.

Gee s'énerve : « Ah bah voilà, on dit qu'je râle, maintenant. Bah bravo, hein. On peut plus rien dire sans se prendre une remarque. Y'en a marre hein. JE RÂLE PAS, PU##IN, JE DIS QU'Y'EN A MAAAARRE ! »

Bon, alors il faut admettre que ce cliché est, dans une certaine mesure, assez réaliste.

En tout cas plus mérité que notre réputation de ne jamais nous laver.

(Jamais compris d'où il venait, celui-là.)

Gavroche, représenté avec des mouches qui lui tournent autour : « Je ne sens pas mauvais. Je schlingue du couloir. C'est-à-dire que je pue d'la gueule*. »

C'est pas vulgaire, c'est du Victor Hugo**.

✷✷ Si si, j'vous assure. Les Misérables, Tome IV, Livre 6, Chapitre 2.

Alors oui, nous râlons parfois pour un rien et pouvons faire preuve de mauvaise foi.

Mais pardonnez-moi, dans le genre mauvaise foi, il y a un argument anti-râleur qui me met hors de moi tellement il est stupide :

« Te plains pas, c'est pire ailleurs. »

Mais si, vous savez, ce fameux argument qui fait de la chanson « Il en faut peu pour être heureux » un programme politique.

Le Geek, dans un train, s'agace : « Pu##in, mais on est encore en retard ! Ça commence à bien faire. C'est quoi ce service pourri ?! Vous êtes vraiment des branques, à la SNCF ! » Le contrôleur luiu répond : « Oh ça va, hein… Vous n'vous rendez pas compte de votre bonheur. Allez donc faire un tour en Angleterre… Là vous allez comprendre votre douleur… »

▶️ Alors de une : la comparaison est bien choisie. Oui, parce que les trains anglais sont peut-être moisis, mais si on se compare aux trains japonais, on va vachement moins la ramener.

Y'a peut-être pire ailleurs, mais y'a mieux aussi.

▶️ Et de deux : il y a pire ailleurs, okay. C'est vrai.

Okay, okay, y'a pire ailleurs, je suis d'accord…

MAIS : ET ALORS, PU##IN DE BO##EL DE M##DE ?! Le smiley demande : « C'est du Victor Hugo aussi, ça ? »

Sans vouloir la jouer dramatique - et sans vouloir plagier George Abitbol - on vit quand même objectivement dans un Monde de Merde™.

Du coup l'argument « c'est pire ailleurs » me semble un peu simpliste et pas très convaincant.

La Geekette et le Geek sont à table. La Geekette remarque : « Elle manque un peu de sel, ta soupe. » Le Geek réplique : « Te plains pas. Ça pourrait être du CACA ! » La Geekette : « Waw. Tu m'as ouvert les yeux. Trop bonne, ta soupe. »

▶️ Mais le pire, c'est que cet argument est régulièrement utilisé pour des cas autrement plus graves que la soupe et le caca.

(De toute façon, j'aime pas la soupe, alors…)

Un manifestant se fait gazer par un flic et hurle : « Aaaargh ! Brutalité policière ! » Le flic répond : « Te plains pas, hippie ! Y'a des pays où on tire à balles réelles sur les manifestants… »

Un couple d'hommes croise une dame avec une carte « On veut des emplois, pas des homos ! » et lui lance : « Homophobes ! C'est pas possible de voir ça en 2015 ! » La femme, avec un enfant à la main, lui répond d'un air mauvais : « Te plains pas, tapette !  Y'a des pays où on décapite les dégénérés dans votre genre. »

Une femme dit à un patron : « Les salaires sont trop bas pour vivre ! Remontez le SMIC ! » Le patron avec son cigare : « Te plains pas, assistée ! Y'a des pays où les gens vivent un mois avec ton salaire journalier. »

Pour ma part, je préfère être parfois agacé par les gens qui râlent qu'être désespéré par les gens qui sont résignés à accepter leur sort sans broncher.

💡 Parce qu'au fond, dans un monde où l'on essaierait vraiment d'aller de l'avant, d'améliorer notre condition, il n'y aurait que deux comparaisons qui tiendraient vraiment :
1) Est-ce que la situation actuelle est mieux qu'elle ne l'était avant, ou au moins équivalente ? #nonRégression
2) Est-ce que la situation idéale serait significativement mieux que la situation actuelle ? #progrès

Par exemple, si je veux évaluer la situation des droits des femmes en France, voici une comparaison débile :

Un politicien blasé : « Arrêtez de vous plaindre, les gonzesses. En Arabie Saoudite, vous auriez même pas le droit de conduire sans un homme à côté de vous, alors bon, hein… Faudrait modérer un peu vos propos, les hystériques… »

Et voici deux comparaisons qui tiennent la route :

Une femme note : « La situation des femmes s'est beaucoup améliorée en France depuis un siècle. Droit de vote, droit à l'IVG, au travail, etc. » Une autre nuance : « Oui, mais on partait de loin et on est encore loin d'une situation idéale. Salaires inégaux, culture du viol, conditionnement patriarcal partout… Il y a encore du boulot. Et donc des raisons de râler… »

⚠️ Le truc, c'est qu'il est très pratique pour les pouvoirs (politique et médiatique) d'avoir recours au « c'est pire ailleurs ». Non pas pour améliorer ce qui se passe ailleurs, mais bien pour empirer ce qui se passe ici.

Un politicien explique d'un air grave : « Il faut en finir avec les régimes spéciaux des cheminots ! Ce n'est pas normal qu'ils continuent à partir à la retraite avant les autres ! » Une femme répond : « J'suis bien d'accord. Du coup, vous baissez l'âge de départ à la retraite pour les autres ? » Ce qui impliquerait donc #pasDeChangement pour les cheminots, et #progrès pour nous. Le politicien répond : « Ah bah non, faut pas déconner. » Ce qui implique donc #régression pour les cheminots, #pasDeChangement pour nous.

La prochaine fois qu'on fait référence à « ailleurs » pour justifier un changement de situation, posez-vous les questions : et « avant » ? Et « dans l'idéal » ?

Si les réponses sont négatives, eh bien, n'hésitez pas :

RÂLEZ !

Gee défile avec un panneau : « Stop aux régimes spéciaux des députés ! Retraite de 1600 € après 5 ans de cotiz' pour tous ! » Il dit : « Y'EN A MAAAARRE !!! On en a gros ! »

Il y aura toujours pire ailleurs.

Si votre ambition se résume à être meilleur que le pire cas, ce n'est pas une ambition. C'est une (maigre) consolation.

Note : BD sous licence CC BY SA (grisebouille.net), dessinée le 12 octobre 2015 par Gee.

Publié le 13 octobre 2015 par Gee dans La fourche

🛈 Si vous avez aimé cet article, vous pouvez le retrouver dans le livre Grise Bouille, Tome I.

Soutenir

Ce blog est publié sous licence libre, il est librement copiable, partageable, modifiable et réutilisable. Il est gratuit car financé principalement par vos dons. Sans inscription, vous pouvez très simplement me soutenir :

Pour l'année 2023-2024, 10 153 € ont pour l'instant été collectés sur un objectif annuel de 21 000 € (SMIC brut), soit 48 % de l'objectif :

Sources de revenu

L'année étant entamée à 67 %, il y a actuellement un retard de 3 917 € sur l'objectif.

Avancement de l'année

Vous pouvez également, si vous le souhaitez, passer par une plateforme de financement participatif :