CFPD: Crime Scene Investigation Mystery

Publié le 16 mars 2023 par Gee dans Comic trip

Bon voilà, j'ai écrit un embryon de scénar pour une nouvelle série télé. Ça s'appelle CFPD: Crime Scene Investigation Mystery (en version française : Deux flics contre tous). J'ai essayé de faire original et d'inclure toutes les bonnes recettes : des retournements de situation à la pelle, des personnages fouillés, une écriture fine.

Bref. Enjoille.

CFPD: Crime Scene Investigation Mystery

Épisode 1

Plan dans les locaux de la CFPD (Clermont-Ferrand Police Department). Deux personnages, un homme et une femme, qui pourraient travailler comme top models mais qui ont choisi la police, va savoir pourquoi.

Devant un tableau d'enquête (cliché de série policière).Homme : « Sale affaire… le pourrisseur de cookies a encore frappé. » Femme : « C'est la troisième pâtisserie qui a vu ses délicieuses pépites de chocolat remplacées subrepticement par des raisins secs dégueulasses. » Homme : « Le procureur est sur notre dos, faut qu'on fasse quelque chose. » Femme : « What a sick sad world. »

(Note : le déroulement technique de l'enquête judiciaire n'a aucun sens, mais on s'en fout vu que personne n'y panne rien de toute façon.)

L'affaire est crapuleuse mais le duo étrangement charismatique, leur complicité est palpable. S'ils ne sont pas déjà en couple, on se dit que ça ne va pas tarder.

Les yeux dans les yeux, appuyés sur une table avec les éléments de l'enquête éparpillés dessus. Homme : « Ça pourrait être une affaire dangereuse, Stacy. » Femme : « J'aime le danger, Jack. » Homme : « Tu sais que je ne laisserais jamais personne te faire du mal, Stacy. » Femme : « Je sais me défendre, mais merci. » Homme : « C'que tu es belle, sous les néons du commissariat. » Femme : « Je ne sais pas ce que je ferais sans toi. »

Sauf que, TWIST DE MALADE, débarque un troisième personnage. Il est subtilement suggéré que ce serait un énorme connard, mais pour une raison saugrenue, c'est le fiancé de l'héroïne.

La même scène, mais comme le connard arrive, Jack est blasé et Stacy a l'air malheureuse. Connard : « Salut la maison poulaga ! Ça biche ? Bon, bébé, pour notre dîner de ce soir, on annule : j'ai foot-poker-rassemblement néonazi avec les potes. » Stacy : « * Soupire * D'accord bébé… » Jack pense : « Elle mérite tellement mieux… »

Épisode 2

Plan de Stacy dans sa cuisine. Elle regarde une photo d'elle et de son fiancé d'un air nostalgique. On comprend que la photo date de leur rencontre, avant que son fiancé ne devienne un gigantesque enfoiré.

Vous allez me dire : bon, ça sous-entend qu'il existe une époque où il n'était pas un gigantesque enfoiré, ce qui est moyennement crédible. Certes. Peut-être qu'il était déjà abruti mais qu'elle ne s'en rendait pas compte. Ceci étant dit, elle n'a toujours pas l'air de s'en rendre compte.

Stacy cuisine le petit déjeuner en regardant une photo d'un air nostalgique. Elle pense : « Aaah, Johnny… la vie était si simple, alors… »

Stacy et son fiancé vivent seuls, et pourtant elle a préparé un petit déjeuner pour dix, au cas où Johnny aurait envie d'engloutir ses apports nutritionnels de la semaine en un seul repas. Sauf que celui-ci passe en quatrième vitesse dans la cuisine, attrape une tartine et se barre.

Une pyramide de bouffe sur la table. Stacy : « Bébé ? Tu n'déjeunes pas avec mowaah ? » Johnny : « Pas l'temps, j'ai un rendez-vous important chez Gralona. L'affaire de ma vie.  Et m'attends pas pour bouffer, ce soir, j'ai réunion. » Stacy pense : « * Soupire * Il est si occupé… mais je l'aime quand même.  Je l'aime, non ? »

La scène finit par un zoom sur la confiture qu'a utilisé Johnny : du raisin.

Le zoom sur la confiture de raison, avec une grosse flèche qui dit : « FORESHADOWIIIIIING ! »

Épisode 3

La scène est étrange, inhabituelle. On sent une atmosphère différente de d'habitude. Jack, notre héros, semble plus heureux que dans les autres épisodes. D'ailleurs il a les cheveux plus longs et pas de barbe de trois jours, si ça c'est pas un signe.

C'est la nuit, il pleut. Jack est au volant d'une voiture avec une femme. On ne l'a jamais vue, mais leur complicité est évidente. Limite, plus qu'avec Stacy, vu que cette nouvelle arrivante n'a pas l'air d'être fiancée à un con, ce qui ne gâche rien.

Jack : « … et alors là, j'lui réponds : “pas mal, et toi-le à matelas ?” » Femme : « Hahahahaha ! Jack, que tu es drôle !  Que tu es fort ! Que tu sens bon ! »

Bref, on devine que c'est sa compagne ou sa femme, et que la scène se situe dans un passé plus ou moins proche.

Tout semble parfait.

Trop parfait.

En plus, comme la dame en question est absente du temps présent de la série, on flaire un peu le coup fourré.

Soudain, un son de klaxon. Le plan coupe rapidement sur un SUV lancé à pleine vitesse. Les phares illuminent les visages de Jack et sa femme d'un air de terreur. Les pneus crissent sur l'asphalte mouillé.

Image dynamique, on voit la voiture arriver à fond avec un bruit de klaxon : « POUIIINNNNNNN ! ». Puis les visages des protagonistes dans la voiture, terrorisés, avec le bruit des pneus : « KRRRRRIIIIIIIIISSS ! ». Et enfin : « BOOUM ! »

Le bruit de la collision éclate alors que le héros se réveille en sursaut. Il est haletant.

Sur sa table de chevet, une photo de lui et de sa femme dont on comprend qu'elle n'a pas survécu à l'accident. Une échographie encore posée là nous apprend toute la tragédie qui a frappé Jack et qui en fait donc un personnage si profond et torturé.

Jack, assis dans son lit, triste, pense : « Sandy…  Non…  C'était ma faute…  La priorité à droite…  Les plaquettes de frein… »

#Bref, notre héros est un homme, mais il a des fêlures.

Malgré ce réveil en sursaut, notons que Jack se lève déjà frais et bien coiffé. On n'a pas encore l'odorama, mais on se doute que si on sentait son haleine, on serait plus proche de la menthe poivrée que du rat crevé.

Jack marche avec des petites fleurs et des papillons qui lui tournent autour. Il a l'air décidé et pense : « Mon vieux Jack, tu géreras ta culpabilité plus tard…  Le pourrisseur de cookies ne va pas s'interpeler tout seul ! »

Épisode 4

Oui, parce qu'on l'avait presque oublié, mais à la base, Jack et Stacy sont des flics qui doivent arrêter le mec qui remplace les pépites de chocolat des cookies par d'immondes raisins secs. Du coup cet épisode va un peu se concentrer sur leur travail.

Même scène qu'au début, Jack et Stacy devant le tableau d'enquête. Jack : « On nage en plein brouillard, Stacy. Le bureau de justice est sur les dents. » Stacy : « Réfléchissons, Jack.  Qui aurait intérêt à saboter les excellents cookies de nos pâtisseries artisanales ? » Homme : « Un grand groupe agroalimentaire ? Du genre Gralona ? » Stacy pense : « Gralona… mais où ai-je déjà entendu ce nom ? » Jack pense : « Sale affaire. »

Le soir, Stacy s'apprête à partir, mais Jack, fatigué de ressasser les démons du passé, se sent prêt à avouer sa flamme.

Jack : « Hé… Stacy…  J'ai un truc à te dire… un truc important attends…  qu'il faut que tu saches. » Stacy : « Oui ? Quoi ? »

Jack, en pensées : « Je suis fou de toi. Johnny est un empaffé qui ne te mérite pas. Tu serais plus heureuse avec moi.  Largue ce sac-à-merde et enfuyons-nous ensemble. »

Jack, en paroles : « Non… rien, laisse tomber. » Stacy, complètement insouciante : « Ok, bye ! »

Quelle occasion manquée. Vont-ils ? Vont-ils pas ? Ce suspense vous tue ? Et pourtant, vous n'avez encore rien vu !

Épisode 5

C'est le week-end. Stacy se balade dans la rue d'un air distrait. Mais que Jack voulait-il lui dire la veille ? Si seulement elle avait insisté au lieu de partir aussi vite…

Soudain, elle entend quelqu'un qui crie son nom de l'autre côté de la rue et sort de sa rêverie.

Stacy, étonnée, se retourne en entendant : « Hééééé ! Stacyyy ! Hou-hou ! Stacy ! »

Elle se retourne : c'est Jack. Il a l'air heureux de la voir. Il lui fait signe. La nuit semble lui avoir porté conseil. Va-t-il enfin prendre son courage à deux mains et lui avouer ses sentiments ?

Plan large, on voit les gens passer sur le trottoir derrière Jack. Alors qu'il traverse en hâte pour rejoindre Stacy, on a une sensation étrange, un mauvais pressentiment.

Jack : « Attends, j'arrive ! »

Un bus débarque de nulle part, klaxonne ( « POUIIINNNNNNN ! »), dérape (« KRRRRRIIIIIIIIISSS ! ») et heurte violemment Jack (« BOOUM ! ») qui est projeté dans les airs. Note : BD sous licence CC BY SA (grisebouille.net), dessinée le 15 mars 2023 par Gee.

CLIFFHANGER !

Et c'est déjà la mi-saison. Là il y a une pause dans les épisodes. Hahaaa ! Vous vous y attendiez pas, hein !

On ignore si Jack est vivant ou mort (ou tétraplégique). Bon, vu que c'est le héros de la série et que son arc narratif n'est absolument pas bouclé, on a une vague idée, mais il faudra attendre un peu pour en avoir le cœur net.

À la semaine prochaine pour la suite (et fin) de cette série :)

Publié le 16 mars 2023 par Gee dans Comic trip

Soutenir

Ce blog est publié sous licence libre, il est librement copiable, partageable, modifiable et réutilisable. Il est gratuit car financé principalement par vos dons. Sans inscription, vous pouvez très simplement me soutenir :

Pour l'année 2023-2024, 11 079 € ont pour l'instant été collectés sur un objectif annuel de 21 000 € (SMIC brut), soit 53 % de l'objectif :

Sources de revenu

L'année étant entamée à 80 %, il y a actuellement un retard de 5 721 € sur l'objectif.

Avancement de l'année

Vous pouvez également, si vous le souhaitez, passer par une plateforme de financement participatif :