Chers amis étrangers, voilà pourquoi certains d’entre nous ne sont pas ravis par l’élection de Macron

Chers amis étrangers, voilà pourquoi certains d’entre nous ne sont pas ravis par l’élection de Macron

(English version available here.)

Dimanche soir, lorsqu’il a été annoncé qu’Emmanuel Macron était élu Président de la République, il y a eu un gros écart dans les réactions que l’on a pu observer sur les réseaux sociaux : de nombreux étrangers nous ont félicités (même des icônes de la pop culture comme Mark Hamill ou Zach Braff) mais parmi les français, on a aussi vu pas mal de réactions résignées et blasées. Et c’est assez étrange d’être félicité pour quelque chose dont on n’est pas fiers. Je vais essayer d’expliquer pourquoi.

Ouais ! On a battu Le Pen ! Vraiment ?

Tout d’abord, évacuons ça : OUI, nous sommes heureux que Marine Le Pen ne soit pas présidente, nous n’aurons pas à subir sa politique basée sur le rejet et la haine de l’étranger et sur un nationalisme décomplexé. Elle aurait sans doute été dangereuse pour beaucoup de gens dans le pays et son élection aurait eu des conséquences terribles en général (c’est un peu notre Donald Trump personnel, et ça en dit long).

Le seul problème, c’est que, bien qu’elle n’ait pas gagné, il y a de grandes chances que rien ne soit résolu avec Macron : les 11 millions de personnes qui ont voté pour Le Pen ne vont pas disparaître comme par magie après l’élection. Pire : la plupart des raisons qui expliquent le score élevé de Le Pen sont précisément le résultat des politiques que Macron défend.

Tout d’abord, il faut comprendre que les gens qui votent Le Pen ne sont pas tous des racistes ou des nationalistes (heureusement). La plupart sont juste des gens qui voient leurs niveaux de vie fragilisés par la mondialisation. Et quand Le Pen parle de les protéger contre ça (en allant jusqu’à piquer des principes économiques théorisés à l’origine par la gauche), ils l’entendent. Michael Moore avait dit la même chose à propos de l’élection de Trump, et je pense qu’il a raison.

On peut facilement voir, par exemple, que les villes ont largement voté Macron (90% à Paris) alors que dans les campagnes, Le Pen a dominé et a parfois obtenu des scores énormes (jusqu’à 100% dans certains villages). Même dans des coins où l’immigration est basse voire inexistante. Et c’est facile, pour les citadins, de penser « oh, ces abrutis de pécores racistes » et de cacher le problème sous le tapis, tout comme c’est facile pour les gagnants de la mondialisation de l’encourager avec enthousiasme. Oh, et je suis un jeune ingénieur en informatique, alors vous en faites pas pour moi : je fais partie des gagnants. Mais contrairement à Macron et certaines de mes connaissances, je ne pense pas que la France soit uniquement constituée de jeunes cadres dynamiques.

« Quand Le Pen parle de tradition et d’héritage culturel français, tu parles qu’ils écoutent. »

Les habitants de la campagne savent que dans leurs villages, avant il y avait des écoles ; avant, il y avait des bureaux de poste ; avant, il y avait des médecins ; avant, il y avait des petits commerces ; avant, nous avions des services et des entreprises publics puissants et efficaces. Oh, et le budget de l’état était à l’équilibre. Il y a une idéalisation, certes, mais pas tant que ça.

Maintenant, leurs gamins doivent faire un long trajet en bus pour atteindre l’école la plus proche et ses classes surchargées ; ils doivent prendre leur voiture pour aller poster une simple lettre ; ils prient pour ne pas faire d’infarctus puisque les hôpitaux sont fermés et fusionnés les uns après les autres, remplis d’infirmiers et infirmières en burn-out ; ils se rendent compte que ce qui a été privatisé leur coûte plus cher et ne fonctionne pas mieux quand ce n’est pas pire (autoroutes, électricité, chemins de fer…).

Et concernant les commerces, eh bien, ils peuvent se consoler avec les immondes centres commerciaux géants qui poussent comme des champignons partout dans les périphéries et qui transforment les champs en parkings géants. Ces temples de la consommation inhumains qui tuent les petits commerces autour et effacent les spécificités culturelles des régions de France. Alors oui, quand Le Pen parle de tradition et d’héritage culturel français, tu parles qu’ils écoutent.

OpenSky à Valbonne, un énième projet de centre commercial géant qui détruit le patrimoine naturel

Les gens ne sont pas anti-Europe par essence ou par dogme : ils le sont parce qu’ils se rendent compte que l’UE, ces derniers temps, a surtout œuvré pour libérer le marché, pas les peuples ; qu’elle a surtout consisté à mettre les européens en compétition les uns contre les autres, en nivelant vers le bas la qualité de vie avec celles des pays les plus pauvres au lieu de niveler vers le haut la protection sociale avec celles des pays les plus riches. Si vous demandez aux gens, ils sont tous en faveur de l’union des peuples et de la paix éternelle entre les pays, mais ils ne sont pas idiots : ils se rendent bien compte que l’élite de l’UE manipule ces aspirations comme un prétexte pour forcer leur projet de capitalisme libéral de prédation.

Je suis pour l’Europe, mais soyons honnêtes : l’Europe promue par Macron et par tant d’autres politiciens pro-Europe est la meilleure arme contre l’Europe elle-même. On ne peut pas attendre des gens qu’ils soutiennent une politique qui se traduit pour eux en austérité et précarité. On peut se féliciter que la France n’ait pas suivi le Royaume Uni après le Brexit, mais l’Europe n’est pas soudainement redevenue populaire avec l’élection de Macron. Vous voulez que les gens soutiennent l’Europe ? Construisez une Europe qui soutienne les gens.

Non, Macron n’est pas un renouveau

Qu’est-ce que Macron dans tout ça ? Macron est le pur produit du système qui a créé ces problèmes. J’ai lu dans beaucoup d’articles étrangers que Macron était « un renouveau », « un vent de changement » dans la politique française. À ce niveau, ce ne sont plus des fake news : ce sont de grosses conneries.

Laissez-moi vous résumer ça : Macron a été à l’ENA, une école fréquentée par à peu près 90% de nos politiciens (ils sont tellement des copies les uns des autres qu’on a inventé une expression pour : « énarques ») ; il était ministre sous le dernier président François Hollande et a été l’inspirateur de sa politique économique ; il a bossé comme banquier chez Rothschild, ce qui fait qu’il n’était pas hors du système (capitaliste) mais plutôt au sommet de ce système ; et la cerise sur le gâteau, il est soutenu par la moitié des dinosaures de la politique qui avaient déjà le pouvoir avant qu’il ne soit au lycée.

« En quoi voter pour le kérosène va “faire barrage” au feu ? »

Il est jeune ? Ça nous fait une belle jambe. Le projet de Macron est à peu de chose près dans la continuité de ce qui a été fait dans notre pays depuis trente ans : réduction des droits des travailleurs, réduction de la protection sociale, accroissement de la pression de la compétition sur les gens en signant des accords de libre-échange avec des pays dont le code du travail est une blague. Comme s’il y avait quoi que ce soit à gagner à tenter d’être « compétitif » avec des travailleurs chinois ou bangladais. Le projet de Macron est exactement ce qui a poussé 11 millions de personnes vers Marine Le Pen.

C’est d’ailleurs l’une des raisons qui ont fait que beaucoup de gens de gauche (moi compris) étaient réticents à voter Macron pour « faire barrage » à Le Pen : en quoi voter pour le kérosène va « faire barrage » au feu ?

Mais la victoire Macron est incontestable, n’est-ce pas ?

C’est une autre raison qui a fait que des gens étaient réticents à voter Macron et même en colère contre l’idée : la façon dont l’élection a été arrangée. Pendant une grosse année, presque tous les grands médias ont fait massivement campagne pour Macron.

Comme une prophétie auto-réalisatrice, un an saturé de sondages et d’articles pro-Macron ont fait que beaucoup de gens ont voté pour lui, non par conviction mais parce qu’ils ou elles pensaient qu’il était le « plus approprié pour gagner », quel que soit le sens qu’on donne à cette idée. Un sondage a montré que seulement 60% des gens qui ont voté Macron au premier tour l’ont fait par conviction, un score qui s’élève à 80% chez n’importe quel⋅le autre candidat⋅e.

Le pluralisme des médias français

En parallèle, le Front National (parti de Marine Le Pen) s’est aussi vu accordée une large couverture médiatique, le présentant comme le choix contestataire par défaut. Le but, à peine caché, était d’avoir ce second tour Macron-Le Pen. Ce second tour est très pratique, parce que si Le Pen s’oppose bien au libéralisme brut de Macron (et encore, si on veut : le libéralisme ne la dérange pas tant qu’il est circonscrit au territoire de la France), elle construit ça sur de l’hyper-conservatisme, de la xénophobie et de l’europhobie. Donc bien entendu, beaucoup de gens (comme moi) n’iront jamais jusqu’à simplement envisager de voter pour elle parce qu’ils ou elles souhaitent une opposition juste, démocratique et respectable au libéralisme.

Et bien sûr, les médias qui avaient donné la parole au FN pendant des mois furent les mêmes qui exigèrent avec autorité que les électeurs éteignent ce feu qu’ils avaient allumé.

Depuis de nombreuses années déjà, Le Pen et le Front National ont servi, pour les médias et les autres partis, d’une arme contre la démocratie : mettez n’importe qui en face du FN dans une élection et il ou elle est presque certain de l’emporter. Et puisqu’ils ont compris qu’ils peuvent façonner ce choix impossible, les grands médias ont juste à présenter un unique candidat comme le choix raisonnable (de préférence, celui qui sert les intérêts des propriétaires de ces grands médias), à laisser le FN monopoliser le reste de la parole et le tour est joué.

« Même François Hollande, le Président de la République qui s’autoproclame socialiste, est sorti de sa réserve et s’est élevé contre Mélenchon, un candidat de gauche. »

Il suffit de voir ce qui s’est passé quand un autre candidat commençait à avoir de plus en plus d’avis favorables : Jean-Luc Mélenchon, qui est également anti-libéralisme mais avec des principes basés sur l’écologie et la refonte de notre démocratie à la place de la xénophobie et de l’hyper-conservatisme (avec l’ambition de convoquer une assemblée constituante pour réformer notre république qui fonctionne mal). Pour information, ce mec était soutenu par une grande majorité d’ONG et par des gens comme Noam Chomsky. Mais dès qu’il y a eu une chance de le voir accéder au second tour, tous les grands médias ont lâché les chiens sur lui, l’accusant d’être un stalinien ou de vouloir créer un second Venezuela en France.

Même François Hollande, oui, le Président de la République qui s’autoproclame socialiste (la blague), est sorti de sa réserve et s’est élevé contre Mélenchon, un candidat de gauche, et n’a jamais levé le petit doigt contre l’extrême-droite de Le Pen qu’on annonçait pourtant comme vainqueur du premier tour depuis des plombes. Pourquoi ? Parce que contrairement à Le Pen, Mélenchon était une vraie menace pour Macron.

Ne vous méprenez pas, Mélenchon n’était pas le messie et il y avait bien sûr des points discutables dans son programme. Mais il était la voix d’une critique rationnelle et positive du libéralisme, une qui aurait pu se confronter à la vision de Macron. En tout cas, si Mélenchon avait été au second tour, il aurait peut-être perdu aussi, mais peut-être pas : et croyez-moi, le débat entre les deux tours aurait eu une autre gueule que le crêpage de chignons imbécile auquel on a eu droit avec la guignolo de Le Pen contre Macron.

Combien de temps cela va-t-il tenir ?

Le père de Le Pen était au second tour de l’élection présidentielle il y a quinze ans et nous avons joué au même jeu : les gens ont voté pour Chirac pour faire barrage à Le Pen même si pas mal d’entre eux n’avaient aucune sympathie pour Chirac. Chirac a obtenu plus de 80% des votes. On aurait pu penser qu’il allait appliquer une politique pour réparer cette société française et écouter la contestation populaire ? Loupé. Il a fait sa politique de droite comme si 80% des gens avaient voté pour lui par conviction. Et il y a de grandes chances que Macron fasse la même chose.

Le truc, c’est que cette stratégie devient dangereuse : les électeurs comprennent très bien ce qui se passe et ils sont de moins en moins enclins à participer à cette mascarade. Chirac a fait 80% en 2002, mais Macron n’a eu « que » 66% des votes contre Le Pen au second tour, accompagné d’un record d’abstention et de votes blancs. Et alors que Le Pen a entraîné presque deux fois plus d’électeurs que son père quinze ans plus tôt, Macron a vu moins de gens d’accord pour voter pour lui contre leurs propres convictions.

Les résultats n’ont rien d’encourageant si on tient compte de l’abstention et des votes blancs

Malheureusement, il y a de grandes chances que cela ne s’arrange pas dans un futur proche : personne dans les hautes sphères ne semble vouloir mettre fin à ce jeu dangereux et dans cinq ans, Le Pen pourrait bien finir par gagner pour de bon (si les choses ne se gâtent pas plus tôt).

Dans le même temps, Macron va appliquer sa politique libérale comme si tout allait bien. Lui et les médias vont continuer de marteler « IL N’Y A PAS D’ALTERNATIVE » en réponse à toute critique contre ça. De plus en plus de gens n’auront plus rien à perdre à s’abandonner à n’importe quel vote pour dire « assez ! ». Je ne vois pas comment cela pourrait finir bien.

Alors dans les prochains mois, vous entendrez peut-être qu’il y a encore une fois des grèves en France. Et avant que vous ne commenciez à blaguer sur le fait que nous sommes constamment en grève, dites-vous bien que nous essayons de protéger notre modèle social contre une énième attaque, et que nous sommes seuls, avec pratiquement tous les pouvoirs médiatiques et politiques français contre nous.

Notre modèle social a été notre force pendant toute la seconde moitié du XXe siècle, ce qui a par exemple mené à la création d’un système de santé reconnu mondialement. Et ce modèle social a été mis en place juste après la Seconde Guerre Mondiale, à un moment où le pays était dévasté et ruiné (ça, c’est pour le « on ne peut pas se le permettre »). Et il n’est ni dépassé ni inadapté : l’une des raisons qui fait que les français ont moins souffert de la crise des subprimes en 2008 que d’autres, ça a été précisément la robustesse de ce modèle social. Et je sais que nous avons la réputation de capituler aisément, mais sachez une chose : nous ne le laisserons pas crever sans combattre.




Cet article est gratuit et librement partageable et modifiable. Si vous souhaitez soutenir cette démarche, vous pouvez me faire un don ou tout simplement le partager autour de vous. Dans tous les cas, merci d'avoir pris le temps de le consulter en entier, ce qui est déjà une forme de rémunération pour moi !
Les commentaires sont fermés, mais vous pouvez néanmoins me laisser un message (privé) si vous le souhaitez :

Nom (obligatoire)

Email

Message (obligatoire)

Antispam