Gueule de bois

Gueule de bois

Me revoilà après une grande semaine de vacances pour le moins mouvementée… J’étais dans un avion vers Londres au moment de l’attaque du 13 novembre que je n’ai appris qu’à l’atterrissage. J’ai suivi le reste de loin (en foutant au passage en l’air ma résolution de faire une semaine totalement déconnectée).

Et je ne sais pas vraiment que dire qui n’a pas déjà été dit. De l’horreur absolue de la situation… de la grandeur de l’entraide entre les gens ce soir-là… des prouesses du personnel médical qui a réussi à sauver tellement de gens… du courage de nos brigades qui sont allées affronter les salopards dans cet enfer… et de la petitesse extrême de notre classe politique qui ne perd jamais une occasion de se rouler dans la fange.

Je ne sais même pas par où commencer. Cette espèce de rhétorique guerrière façon Bush pour montrer qu’on a des gros bras. La même qui a si bien réussi aux États-Unis après les attentats du 11 septembre. La même qui a semé les graines de l’immense bordel actuel. Celle que les terroristes souhaitent. Ne vous y trompez pas, leur but est avant tout de provoquer des étincelles un peu partout en espérant voir le feu prendre. Mais au final, c’est à nous de choisir si l’on va balancer du kérosène sur tout ça. Notre gouvernement a déjà fait son choix…

Et bien sûr, dans le même temps, on prolonge l’état d’urgence pendant 3 mois… Scoop : si l’état d’urgence n’était prévu que pour durer 12 jours, c’était pour permettre aux forces de l’ordre d’être très efficaces sur un laps de temps très court. Si c’est amené à durer, ça ne s’appelle plus un état d’urgence mais un état policier. Et si les extensions de durée suivent le même schéma que celui des droits d’auteur, je vous laisse imaginer la merde. Sans parler de tout ce qu’on en profite pour nous faire avaler à côté. Comme cette fixette presque psychiatrique pour le contrôle les moyens de communication modernes alors que ça n’a jusqu’à maintenant jamais été efficace mais simplement dangereux (pas pour les terroristes, pour nous).

S’attaquer au chiffrement lorsque le seul chiffrement qu’utilisent les terroristes, c’est une langue étrangère que nous ne sommes pas foutus de comprendre… vouloir mettre toute la population sous écoute alors que les terroristes sont déjà surveillés mais qu’il n’y a juste pas assez de moyens pour le faire correctement… Oui, des moyens ! Pas un nouveau cortège de lois qui supprimeront des libertés qu’on ne retrouvera pas lorsque la tempête sera passée. Des moyens, c’est-à-dire le plus souvent, du personnel : pour traduire les messages, pour ne pas perdre de vue les éléments les plus dangereux… Du personnel. C’est-à-dire embaucher des fonctionnaires. Allez-y, relisez cette phrase en gras et dites-moi si c’est la tendance en ce moment. Dites-moi si ça a été la tendance de ces 10 dernières années.

Coïncidence, lors de ce vendredi 13 novembre, j’avais failli publier une chanson écrite peu après les attentats de janvier dernier et qui parle de la débauche sécuritaire… finalement remplacée par l’article sur Firefox car je n’avais pas eu le temps de terminer le mixage avant de partir en vacances. Puisqu’elle est tristement remise d’actualité, elle sortira peut-être bientôt.

Et je vais essayer aussi de continuer à publier des conneries, des choses légères et futiles. Je ne vous promets pas d’y arriver, mais je vais essayer.

Courage les amis, nous ne sommes qu’au début du tunnel…

 

paix



Avez-vous lu ces autres articles ?


Cet article est gratuit et librement partageable et modifiable. Si vous souhaitez soutenir cette démarche, vous pouvez me faire un don ou tout simplement le partager autour de vous. Dans tous les cas, merci d'avoir pris le temps de le consulter en entier, ce qui est déjà une forme de rémunération pour moi !
Les commentaires sont fermés, mais vous pouvez néanmoins me laisser un message (privé) si vous le souhaitez :

Nom (obligatoire)

Email

Message (obligatoire)

Antispam