Hadopi dans le formol

Publié le 27 janvier 2021 par Gee dans Dépêches Melba
Inclus dans le livre Grise Bouille, Tome V

La Hadopi et moi, c’est une histoire d’amour vieille comme le Framablog (ou presque…).

Mais comme la haute autorité n’a toujours pas atterri dans la poubelle de l’histoire à laquelle elle est pourtant destinée, et enfonce encore une fois le clou avec une nouvelle campagne de pub, je me permets de remettre le couvert également…

Hadopi dans le formol

Cela fait déjà 11 ans que la Hadopi suce de la finance publique, avec un budget de plus 82 millions d'euros depuis sa création (pour 87 000 € d'amendes émises).

Un politicien, pas perturbé : « L'important, ce ne sont pas les amendes mais le fait que les comportements aient changé. On pirate beaucoup moins qu'il y a 10 ans. » Gee, blasé : « Oui, et ça n'a bien sûr rien à voir avec l'apparition d'offres légales bien foutues comme Spotify ou Netflix…  Non non, Hadopi a sauvé l'industrie audiovisuelle MONDIALE.  Cacarico. » Le smiley rigole : « L'Hadopi a aussi vachement aidé les entreprises de VPN en leur créant un marché énorme. »

Récemment, la sangsue a publié une nouvelle campagne de communication tonitruante, #TesImpôts, qui reste dans la grande tradition de la haute autorité d'être toujours à côté de la plaque (ou en retard de 15 ans).

Une affiche Hadopi dit : « Devant un film piraté, le pop-corn sera toujours de meilleure qualité que le film. On a tous de bonnes raisons d'arrêter de pirater. » Le Geek commente : « Mais ils sont au courant qu'en général, les films piratés le sont en rippant des Blu-ray, et que c'est souvent très bien fait ?  Enfin j'sais pas, c'est un copain qui m'a dit, j'fais pas ça moi… » La Geekette rigole : « Cette campagne vous est offerte par Jean-Claude Boomer, pour qui le piratage de films, c'est un caméscope dans une salle de ciné et des CD-R gravés… »

Une autre affiche : « À Noël, le Père Noël passe par la cheminée et le cheval de Troie passe par la série piratée. On a tous de bonnes raisons d'arrêter de pirater. » Le Geek rigole : « Ah non pardon, en fait le type va sur des sites de streaming merdissimaux, d'où la qualité et les malwares… » La Geekette répond : « Ouais, pi en termes de sécurité informatique, on pourrait reparler des différents piratages de Netflix, Spotify ou Hulu au cours desquels des milliers d'infos de clientes et clients se sont retrouvées dans la nature… »

Une autre affiche : « Dans un thriller piraté, on ne découvre jamais qui est l'assassin. Parce qu'il manque la moitié du film. On a tous de bonnes raisons d'arrêter de pirater. » Le Geek, souriant, la larme à l'œil, plein de nostalgie : « Aaah ouais, les MP3 coupés avant le dernier refrain parce que le téléchargement avait stoppé avant la fin, quelle époque…  Sacré Napster, j'me souviens… » La Geekette répond : « C'est nostalgique en fait, ces campagnes qui ciblent des problèmes que les ados d'aujourd'hui n'ont même pas connus. »

Une autre affiche : « Dans un blockbuster piraté, le justicier est toujours masqué. Surtout par la publicité intrusive. On a tous de bonnes raisons d'arrêter de pirater. » Le Geek est mort de dire : « Haha, l'hôpital qui se fout de la charité !  C'est bien le même ministère qui voulait faire passer une loi sur la publicité ciblée à la télé ? » La Geekette rigole aussi : « Je sais pas.  La télé, j'ai arrêté depuis l'introduction de la seconde coupure pub pendant les films…  Films coupés parfois au milieu d'un dialogue… » Le Geek renchérit : « Moi j'ai jamais commencé les Blu-ray, les DVD m'avaient déjà dégoûté des bandes-annonces et messages anti-piratage inzappables au début du disque… »

Une autre affiche : « Dans les sous-titres d'une série piratée, “Blue Monday” serait traduit par “Mardi jaune”. On a tous de bonnes raisons d'arrêter de pirater. » Le Geek, assez blasé : « Alors je reconnais que les sous-titres amateurs, y'a à boire et à manger dedans. Mais pardon, les sous-titres régulièrement minables sur Netflix qui sous-traite et sous-paie ses traductions en rémunérant à la minute de film au lieu de la minute de travail…  on en parle ? » La Geekette : « Ouais pi cette accroche moisie quoi… même la plus bourrée des sous-titreuses ne traduira jamais “Blue Monday” par “Mardi jaune”. N'est pas Maurice Chevalier qui veut.  #SousMarinVert » Le smiley commente : « Et se foutre de la gueule des traductions quand on n'est pas foutu d'utiliser des guillemets français… »

Une autre affiche : « À Noël, ce qui est encore plus moche à voir que les pulls moches, ce sont les séries piratées. On a tous de bonnes raisons d'arrêter de pirater. » Le Geek : « On sent quand même l'inspiration qui faiblit, là… » La Geekette : « Ouais, ils avaient hésité avec “ce qui est encore plus moche que les pulls moches, c'est les séries moches”, mais ça faisait 3 fois “moche”.  Cette obstination à vouloir faire “cool” avec des références branchouilles tout en se viandant systématiquement, c'est presque poétique. »

Voilà, Hadopi a 11 ans et comme le dit la chanson, le temps ne fait rien à l'affaire…

Car en matière de nostalgie, je me permets de vous rappeler cette première campagne de pub d'Hadopi, datant de 2011 et présentant Emma Leprince, une chanteuse de grosse soupe insipide « néo-électro » dans le futur…

… mais qui est, en 2011, une gamine qui se prend pour Shakira dans sa chambre.

Le Geek et la Geekette regardent la vidéo sur l'ordinateur. On entend le son : « Mais sans Hadopi, Emma Leprince ne pourra pas sortir ce single dans le futur. La création de demain se défend aujourd'hui.   Adoptez le label PUR. » Le Geek, stupéfait : « Aaaah ouais, le label PUR ! J'me souviens de cette connerie aussi !  C'est devenu quoi, ça, déjà ? » La Geekette : « Enterré en 2013 après avoir labellisé à peu près peau-d'zob. » Le Geek : « Dur. » La Geekette : « Non, PUR. »

Pour finir, notons que dans cette fameuse pub, Emma Leprince est présentée révélation française de l'année…

2022.

Le Geek conclut : « Bon bah on y arrive, à la création de demain. Pas sûr qu'Hadopi ait aidé beaucoup d'Emma Leprince… L'offre légale s'est faite sans elle et les artistes en récoltent, comme d'hab', les miettes.  Tant pis pour la licence globale. » La Geekette, turbo-blasée : « Tu veux dire que la création d'aujourd'hui ne profite pas des gesticulations politiques débiles d'hier ?  Quelle surprise. »

Et puisqu'Emma Leprince n'a pas l'air partie pour être révélation de l'année 2022, je propose qu'on dissolve la Hadopi qui a visiblement failli à sa mission divine.

Bisous, et merci pour que dalle.

Note : BD sous licence CC BY SA (grisebouille.net), dessinée le 26 janvier 2021 par Gee.

Sources :

Publié le 27 janvier 2021 par Gee dans Dépêches Melba

🛈 Si vous avez aimé cet article, vous pouvez le retrouver dans le livre Grise Bouille, Tome V.

Soutenir

Ce blog est publié sous licence libre, il est librement copiable, partageable, modifiable et réutilisable. Il est gratuit car financé principalement par vos dons. Sans inscription, vous pouvez très simplement me soutenir :

Pour l'année 2023-2024, 7967 € ont pour l'instant été collectés sur un objectif annuel de 21 000 € (SMIC brut), soit 38 % de l'objectif :

Sources de revenu Avancement de l'année

Vous pouvez également, si vous le souhaitez, passer par une plateforme de financement participatif :