Annonce : retrouvez-moi ce dimanche à 17h00 au Festival du Livre de Paris pour une séance de dédicaces de mon roman Sortilèges & Syndicats !

Hexadécimal & Boby Lapointe

Publié le 6 juin 2017 par Gee dans Tu sais quoi ?
Inclus dans le livre Grise Bouille, Tome III

Encore un article de vulgarisation où on va parler de nombres, de binaire, de tout ça… mais cette fois, on revient à la base, à la notion même de comptage. Et on évoque aussi un joyeux luron qui, bizarrement, a laissé une petite trace dans cet univers qu’on ne rattacherait pourtant pas au sien, instinctivement.

Hexadécimal & Boby Lapointe

Bon, je suis pas fortiche en intro, mais on m'a dit qu'il fallait toujours partir du concret, alors voilà.

Vous êtes-vous déjà retrouvé dans cette situation ?

Un mec lambda, derrière son PC, regarde un morceau de papier et s'interroge : « Alors, la clef du WiFi…  143F C58E 48DO…Ah mince, c'est un zéro ou un “o” ? »

Si oui, alors c'est que vous ne connaissez pas l'hexadécimal !

Le mec lambda balance le papier d'un air très content, en tirant la langue : « Eh bien non ! Et j'en ai rien à carrer ! » Gee, l'air pas commode : « Ouais, bah si tu veux savoir pourquoi y'a aussi Boby Lapointe dans le titre, faudra lire quand même. » Le mec : « Roh le fourbe. »

Dans mes articles, je vous cause souvent de binaire, de bits, etc.

Mais le binaire, c'est quoi ?

Mec lambda, toujours souriant : « C'est par exemple un type pas nerveux du tout. Parce qu'il a que deux nerfs.  J'ai bon ? » Gee, l'air désespéré : « Mékilékon. »

Le binaire, c'est un système de comptage, comme le décimal qu'on utilise plus couramment. Sauf qu'au lieu d'avoir 10 symboles (de 0 à 9), on se limite à 2 symboles (0 et 1). Mais sinon, ça fonctionne pareil !

Un tableau montre le comptage décimal, 0, 1, 2, 3 jusqu'à ce qu'on ajoute une dizaine, 10, 11, etc. À côté le comptage binaire, 0, 1, puis on ajoute déjà un 1 devant, 10, 11, puis 100, 101, 110, 111, 1000, 1001, 1010, 1011, etc. Pour l'exemple, un système à trois symboles que je viens d'inventer à l'instant suit le même principe, on prend alternativement chaque symbole, et quand on a fait le tour, on recommence avec le symbole suivant sur les « dizaines », et ainsi de suite. Une flèche précise, à côté des trois tableaux alignés : « Sur chaque ligne, c'est le même nombre qui est représenté, en utilisant un système différent. »

Les nombres « ronds » sont des puissances de la base :

En décimal, c'est 1, 10, 100, 1000, soit 10 puissance 0, 10 puissance 1, 10 puissance 2, 10 puissance 3, etc. En binaire, 1, 10, 100, 1000 correspondent à 2 puissance 0, 2 puissance 1, 2 puissance 2, 2 puissance 3, soit 1, 2, 4, 8 etc. Même chose pour « mon système » avec des symboles chelous qui donnent des puissances de trois : 1, 3, 9, 27, etc. Gee précise, en voyant la tronche des symboles : « Bon dans mon système, c'est plus des nombres rectangles que des nombres ronds, mais on va pas chipoter… »

Comme l'informatique fonctionne en binaire, on est très souvent amenés à manipuler des nombres binaires, et comme le binaire n'a que 2 symboles, le nombre de chiffres nécessaires pour représenter un nombre devient vite immense.

Le nombre décimal 10031989 devient le nombre binaire 100110010001001101110101. Une flèche indique : « Enlarge your digits » entre les deux.

Convertir un nombre binaire en décimal ne peut se faire directement et nécessite des calculs.

Alors on a inventé un comptage à la fois plus facile à lire que le binaire (plus économe en nombre de chiffres) ET qui se convertit directement en binaire : l'hexadécimal.

Le mec lambda fait semblant d'être intéressé : « Roooh, mais dis-moi mon Gee, c'est quoi cet hexadécimal avec lequel tu nous teases depuis la première image, hein-hein-hein ?  Dis-dis-dis ? » Gee, toujours blasé : « T'as fini de t'foutre de moi, oui ? »

Un texte et un petit dessin sont rayés, indiquant une erreur. Le texte dit : « L'hexadécimal, comme son nom l'indique, fut un temps en couple avec le décimal. », le dessin représente le smiley qui précise : « D'ailleurs, on dit l'ex DE décimal quand on sait causer. »

L'hexadécimal, comme son nom l'indique, est un système à 16 symboles.

Comme on avait moyennement envie d'inventer des symboles pour compléter nos 10 chiffres, on a fait au plus simple : on a ajouté des lettres.

Une table de conversion : le nombre 0000 en binaire, 0 en héxadécimal, 0 en décimal ; le nombre 0001 en binaire, 1 en héxadécimal, 1 en décimal ; le nombre 0010 en binaire, 2 en héxadécimal, 2 en décimal ; jusqu'aux nombres 1010 en binaire, A en hexadécimal, 10 en décimal ; 1011 en binaire, B en hexadécimal, 11 en décimal ; jusqu'à 1111 en binaire, F en hexadécimal, 15 en décimal.

Gee précise : « Du coup, faut pas s'planter. Le nombre 10, en binaire, ça veut dire 2 en décimal.  Le nombre 10 en hexadécimal, ça veut dire 16 en décimal.  Et le nombre 10 en décimal, bah ça veut dire euh…  10 en décimal… » Le smiley se gratte la tête : « Tu m'as perdu, sur le dernier. »

Aucun calcul à faire, il suffit de prendre les nombres binaires par groupes de 4 : ça nous donne des nombres hexadécimaux !

Des nombres binaires donnent des nombres hexadécimal qui forment des mots : 1100101011111110 donne CAFE en hexadécimal ; 1111101011011110 donne FADE ; 1100101011001010 donne CACA. Le smiley commente d'un air blasé : « Y'a des 765950s qui se perdent… »

Donc lorsque vous lisez un code qui contient des chiffres et des lettres, si les lettres se limitent à A, B, C, D, E et F, il y a beaucoup de chances que ce soit un code hexadécimal !

Et du coup… votre symbole ambigu, il y a de fortes chances que ce soit un zéro !

(Puisque la lettre « o » n'est pas utilisée en hexadécimal.)

Le mec lambda, un peu blasé : « Super, merci. Sinon, avec le temps que j'ai mis à lire tes conneries, j'aurais juste pu essayer une fois avec la lettre “o” et une fois avec zéro… et voir ce qui marchait. » Gee, les bras croisés : « Ouais, mais t'aurais pas su, pour Boby Lapointe… » Le mec lambda : « Fichtre… »

Ah oui, alors… Boby Lapointe.

Je rappelle que ce monsieur était un auteur de chansons humoristiques remplies de jeux de mots et de calembours tordus.

Boby est représenté avec un hélicon à la main : « J'te présente mon ami Élie, qui n'est pas très intelligent* ! » Gee est à genoux devant lui, les mains qui font la prière, et pleure de joie : « Snif… mon héros ! »

Référence à sa chanson « L'Hélicon ». Il a enregistré une cinquantaine de chansons et elles regorgent toutes de trucs dans ce genre. Si vous ne connaissez pas, FONCEZ !

Eh bien vous l'ignoriez peut-être, mais Boby Lapointe était aussi un geek en son temps (quand je vous dis que c'était un type formidable).

Tux précise : « Bon, il est mort en l'an 2 du temps Unix*, ça faisait un peu tôt pour nous connaître… » Le gnou complète : « Ouais, mais j'suis sûr qu'on aurait été potes. »

Soit 1972 dans le calendrier grégorien, voir l'article Le bug de l'an 2038.

Et comme Boby était taquin, il a considéré qu'on pouvait parler de bi-binaire pour une base 4 (22) et de bibi-binaire — ou bibi, pour les intimes – pour une base 16 ((2x2)2), ce qui est quand même vachement plus rigolo que « hexadémical ».

Le smiley regarde le texte du dessus en disant : « D'autant plus qu'il y a une faute à “hexadécimal” ci-dessus. »

Mais le génie du sieur Lapointe, ça a été de proposer un nouveau jeu de symboles pour les 16 « chiffres » hexadécimaux et surtout, un mot (ou plutôt une syllabe) pour chaque :

Un tableau montre la composition des symboles : on met les 4 bits en carré et on les relie lorsqu'ils sont à 1 (en gros). De 0 à 15, les nombres sont appelés en 4 groupes de 4, une voyelle par unité et une consonne par « dizaine » : ho, ha, he, hi, bo, ba, be, bi, ko, ka, ke, ki, do, da, de, di

Voilà, alors désormais ne parlez plus comme des FADAs, dites dikedake !

Une dame montre un poster en disant : « T'as déjà vu “Les beba dalmatiens” ? » Un personnage de manga s'exclame : « IT'S OVER HEHIHEKO ! »

Une femme en train de lire « Le tour du monde en baho jours » de Jules Vernes et commente : « J'ai préféré “Bodeheho lieux sous les mers”… » À la télé, un présentateur dit : « Et d'après une étude de “Hikahikobihoho consommateurs”… »

Bref, soyez geeks et poètes…

Parlez le bibi-binaire !

Le mec lambda est un peu perdu et demande à Gee : « T'as changé la clef WiFi ?  Ça marche pas quand je tape ça… » Il tient un papier sur lequel est écrit : « DOKEDIDEDIKEDADEDOKEDOKE ». Gee s'en va en sifflotant d'un air malicieux.

Et merci Boby…

Note : BD sous licence CC BY SA (grisebouille.net), dessinée le 6 juin 2017 par Gee.

Publié le 6 juin 2017 par Gee dans Tu sais quoi ?

🛈 Si vous avez aimé cet article, vous pouvez le retrouver dans le livre Grise Bouille, Tome III.

Soutenir

Ce blog est publié sous licence libre, il est librement copiable, partageable, modifiable et réutilisable. Il est gratuit car financé principalement par vos dons. Sans inscription, vous pouvez très simplement me soutenir :

Pour l'année 2023-2024, 9 410 € ont pour l'instant été collectés sur un objectif annuel de 21 000 € (SMIC brut), soit 45 % de l'objectif :

Sources de revenu

L'année étant entamée à 61 %, il y a actuellement un retard de 3 400 € sur l'objectif.

Avancement de l'année

Vous pouvez également, si vous le souhaitez, passer par une plateforme de financement participatif :