McDonald’s dans les cantines scolaires

Publié le 16 septembre 2016 par Gee dans Dépêches Melba
Inclus dans le livre Grise Bouille, Tome II

Pour ce nouvel article publié conjointement sur le Framablog, parlons un peu de l’Éducation Nationale et surtout de son Ministère. Où quand le partenariat public/privé va un peu trop loin…

Cette BD est librement inspiré de l’article Cantines scolaires: l’Education Nationale signe un partenariat avec Mac Donald écrit par JCFrog.

McDonald's dans les cantines scolaires

💡 C'est officiel, le partenariat entre l'Éducation Nationale et le géant des fastfoods a été signé ! Depuis cette rentrée de septembre 2016, ce sont donc des menus McDonald's qui sont mangés dans toutes les cantines scolaires du pays !

Najat Vallaud-Belkacem est en train de signer un contrat : « Le partenariat public-privé, c'est l'avenir ! » Ronald McDonald signe la copie du contrat en ricanant : « Et pour chaque repas Happy Meal servi, une claque dans le museau des agriculteurs bio en cadeau-bonus ! »

Ce partenariat ne partait pourtant pas gagnant, une consultation populaire pour l'alimentation dans l'enseignement primaire ayant plébiscité les AMAP et épiceries bio.

Un diagramme camemberg montre que la consultation populaire avait donné 95 % en faveur du bio. Ronald McDonald verse une larme à côté : « Ronald très triste. »

▶️ Bien sûr, ce choix, détaché de toute considération partisane, s'est basé sur le pragmatisme le plus décomplexé.

Un politicien au sourire carnassier : « Nous avons étudié les offres de McDonald's et des AMAP/épiceries bio, et en mettant en concurrence les deux propositions, nous avons choisi la plus avancée techniquement.  McDonald's sont des professionnels, ils savent gérer de telles quantités et ils ont signé un contrat d'investissement ! » Des parents d'élève : « Non mais c'est n'importe quoi ! » « Arrêtez de vous planquer derrière le marché soi-disant neutre !  C'est politique comme choix ! »

Alors certes, les habituels bolchévo-fauteurs de trouble viendront encore nous casser les burgers avec leurs théories un peu tordues.

Les mêmes parents, en colère : « C'est facile de dire que McDo a de meilleures infrastructures ! Balancez donc la moitié du budget cantines que vous leur filez en royalties à des AMAP, pour voir ! » « Le Ministère se comporte comme un consommateur bête et méchant alors qu'il a un rôle stratégique d'acteur à prendre.  Investir dans le bio au collège, ça permettrait de développer les filières locales ET de donner des trucs sains à nos mômes. » Le smiley, représenté en Marie-Antoinette : « Qu'ils mangent de la McBrioche ! »

⚠️ Mais il faut que les gens s'y fassent : le partenariat public/multinationales, c'est l'avenir.

Le papa, face à Ronald : « Bah oui, comme ça nos mouflets se seront bien habitués à la bouffe McDo et continueront d'en vouloir après. Alors qu'on pourrait aussi en profiter pour leur apprendre comment manger sainement. » Ronald : « Vous n'voyez que le négatif, mais on a fait des prix imbattables pour les lycées ! Pensez aux petites bourses ! » La maman : « “La première dose est gratuite.” »

Bon. On arrête les bêtises.

Tout ça, c'était du flan.

Du faux. Du canular.

Vos gamins ne mangeront pas McDonald's.

Le smiley, blasé, précise : « En tout cas, pas dans les cantines scolaires. Le reste, ça vous regarde… »

⚠️ Seulement voilà, il y a un autre domaine où il se passe peu ou prou la même chose, et ça devrait vous scandaliser tout autant : l'informatique.

C'est ainsi qu'en juin dernier, Microsoft annonçait fièrement avoir signé un partenariat avec le Ministère de l'Éducation Nationale.

Un gardien de prison ouvre une cellule et montre le chemin à des enfants qui y accourent : « Allez les enfants, on rentre en rang par deux chez l'oncle Bill !  Et on n'en sort plus ! »

Et ce, malgré une consultation populaire ayant plébiscité les logiciels libres.

Et malgré tous les arguments AMAP/McDonald's donnés ci-dessus et qui s'appliquent tout autant.

Le politicien agite les bras en s'écriant : « Ah ouais mais LibreOffice, c'est nuuuuuuuuul !  Moi z'aime Word.  Word c'est bien. » La maman, les mains sur les hanches, énervée : « T'as une idée du nombre de développeurs qu'on pourrait payer pour développer sur mesure les fonctionnalités dont vous avez besoin sur LibreOffice, avec le pognon balancé dans les licences de Microsoft et cie chaque année ? »

Le smiley, singeant le politicien en agitant les bras d'un air fataliste : « Ah non, créer des emplois français avec de l'argent public, c'est du gaspillage booouuuuuh la fonction publique !  Par contre, balancer l'argent public à des multinationales pour payer des licences, ça ça va, Imhotep. »

Bref.

Comme le Ministère de l'Éducation Nationale se complaît dans sa position de moulin à vent et que beaucoup (profs inclus) en ont assez des se battre contre, ce sera comme d'habitude :

il faudra faire sans son aide, et tant pis pour l'argent gaspillé et les initiatives locales non-soutenues.

Une élève derrière un ordinateur parle à son prof : « M'sieur ? Pourquoi on n'utilise pas Minecraft Edu, comme les autres classes ? » Le prof, enthousiaste : « Parce qu'avec Minetest, qui est libre, tu peux personnaliser le jeu autant que tu veux, sans limitation. Regarde, je vais te montrer. » Ronald, pas content : « Ah ouais, mais si vous jouez pas le (bon) jeu, aussi… » Note : librement inspiré de JCFrog (CC0) – https://jcfrog.com/blog, BD sous licence CC BY SA (grisebouille.net), dessinée le 15 septembre 2016 par Gee.

Publié le 16 septembre 2016 par Gee dans Dépêches Melba

🛈 Si vous avez aimé cet article, vous pouvez le retrouver dans le livre Grise Bouille, Tome II.

Soutenir

Ce blog est publié sous licence libre, il est librement copiable, partageable, modifiable et réutilisable. Il est gratuit car financé principalement par vos dons. Sans inscription, vous pouvez très simplement me soutenir :

Pour l'année 2023-2024, 11 079 € ont pour l'instant été collectés sur un objectif annuel de 21 000 € (SMIC brut), soit 53 % de l'objectif :

Sources de revenu

L'année étant entamée à 80 %, il y a actuellement un retard de 5 721 € sur l'objectif.

Avancement de l'année

Vous pouvez également, si vous le souhaitez, passer par une plateforme de financement participatif :