Publicité segmentée : la méthode Cacarico

Publié le 21 février 2020 par Gee dans Dépêches Melba
Inclus dans le livre Grise Bouille, Tome IV

Aujourd’hui, c’est une interview de Franck Riester sur France Inter (et particulièrement ce passage sur la publicité segmentée) qui est à l’origine de cette nouvelle BD…

Publicité segmentée : la méthode Cacarico

💡 La semaine dernière, une séquence issue d'une interview de Franck Riester par Sonia Devillers sur France Inter a retenu l'attention de pas mal d'internautes.

Le Geek demande : « C'est qui lui, déjà ? » La Geekette répond : « Notre Ministre de la Culture. » Le Geek : « Ah. » La Geekette : « Et rapporteur de la loi Hadopi, à l'époque. » Le Geek : « Oula. Mais ils le savaient, ça, au moment de le nommer Ministre ?  Parce que moi, t'as ça sur ton CV? tu gicles direct… »

Le sujet était la publicité segmentée, c'est-à-dire ciblée selon le profil du spectateur ou de la spectatrice

(âge, catégorie sociale, habitudes de consommation, etc.),

déjà largement répandue sur Internet et qui devrait être mise en place pour la télé via une prochaine réforme audiovisuelle.

Les citations sont d'origine. À la radio, Riester explique : « Quand vous allez sur Internet, tous les jours, c'est ce qu'il vous arrive. » Devillers : « Ouais. » Riester : « Et c'est quelque chose qui est demandé, d'ailleurs, la plupart du temps, par les internautes. » Devillers : « Ouais. »

« Ouais » ?

« OUAIS » ?

Comment ça, « ouais » ?!

Pardon, mais la seule réaction appropriée, ça aurait dû être celle-là :

Cette fois les citations ne sont plus d'origine. Devillers éclate de rire et dit : « Hahahahahahahahaha ! “Demandé par les internautes” ! La pub ! Demandée ! Hahahahaha ! Et le flicage aussi ! Hahaha, quel déconneur, ce Francky !  Hahahahaha !  La vache, je la ressortirai aux repas de famille, celle-là ! Vas-y, t'en as pas une autre ? “Demandé !” Hahaha !  Oh le con ! J'ai mal aux côtes, LE CON ! » Elle tape sur la table de rire. Le smiley, souriant : « Ah bah le mec d'Hadopi, il a forcément de l'humour. »

Je m'en veux de péter tes rêves, Francky, mais :

Le Geek lit un journal : « Selon un sondage IFOP de 2013, 47 % des Français pensent que la publicité sur Internet est une assez mauvaise chose, et 17 % que c'est une TRÈS mauvaise chose.  Ça fait quand même quasiment 2 tiers d'opinions défavorables, hein… » La Geekette lit également et poursuit : « J'ai aussi un sondage OpinionWay de 2017 qui dit que 89 % des Français se rendent dans une autre pièce pendant les coupures pub à la télé.  Un amour aussi fou pour la pub, vraiment, c'est émouvant. »

▶️ Bref, ce qui est « demandé par les internautes », mon petit lapin de 6 semaines, c'est surtout des bloqueurs de pubs.

Et des chiottes pas trop loin du salon, mais c'est un autre sujet.

Le Geek est allongé par terre, tremblant et transpirant, l'air terrifié. Le Nerd : « Qu'est-ce qu'il lui arrive ? » La Geekette : « Sans faire gaffe, il a navigué sur Internet sans bloqueur de pub… » Le Geek s'exclame : « MAIS Y'A DES GENS QUI SUPPORTENT CETTE HORREUR ?! TOUS LES JOURS ?! »

Passée la tranche de rigolade, le contexte est posé : les géants du web (les GAFAM par chez nous) se torchent tranquillement avec nos vies privées pour nous gaver de publicités ciblées.

💡 Imaginons 5 minutes qu'on soit dans une démocratie saine, avec des ministres qui agiraient dans l'intérêt du peuple. Une réaction raisonnable serait celle-ci :

Un faux ministre à la radio dit : « Par conséquent, on va renforcer la législation sur la protection de la vie privée sur Internet pour contrer le capitalisme de surveillance et empêcher les GAFAM de vendre la vie privée de nos concitoyens et concitoyennes sur l'autel de la sauvagerie publicitaire. » La présentatrice est en larmes : « La vache, c'est beau, c'que vous dites, monsieur l'Ministre. »

⚠️ Bien sûr, en réalité, voilà ce que notre champion national a déclaré :

Citation originale à nouveau. Riester au micro de la radio : « Il y avait une inéquité de traitement entre les chaînes de télévision et les acteurs de l'Internet, au détriment du financement des chaînes de télévision qui ont un rôle majeur à jouer dans le paysage audiovisuel de nos compatriotes… et notamment qui permet de financer la création française en matière de cinéma et d'audiovisuel. Et donc là on donne simplement la possibilité à la télévision d'avoir les mêmes outils modernes de publicité pour augmenter leur volume de publicité, pour pérenniser leur modèle économique. » La présentatrice, blasée : « Nia vache, chéboskevou dit essie ulmi ns trr rr… »

▶️ Comme ça n'est pas la première fois qu'on voit ce genre d'argument, je propose qu'on nomme cette méthode de résolution des problèmes : la méthode Cacarico.

La télévision française est représentée par un panneau « Temps de cerveau disponible pas cher » (bof bof). Les GAFAM sont représentés par un caca. Riester regarde et dit : « Mince, il y a un gros problème ! »

La télévision française est remplacée par un caca avec un drapeau français. Riester, pouce en l'air : « Et voilà, c'est réparé !  La Méthode Cacarico : c'est caca, oui, mais c'est français, monsieur ! »

⚠️ Quant à « pérenniser leur modèle économique », le problème est le même qu'il s'agisse de la télé, de la presse écrite ou de la presse en ligne : est-ce qu'un modèle économique basé sur l'assujettissement aux intérêts privés des multinationales est un modèle souhaitable et donc un modèle que l'on peut souhaiter pérenniser ?

Question pas du tout orientée, je sais.

Riester s'exclame : « Maaiheuuu, la pub, c'est bien ! Ça permet d'avoir des services gratuits ! » Gee réplique : « C'est pas gratuit : les coûts de la pub sont répercutés sur les prix des produits, c'est pas de l'altruisme de la part des entreprises… En fait c'est comme une grosse TVA mais privatisée et sans décision démocratique sur la façon dont elle est redistribuée.  Le rêve, quoi. »

Pour finir, Franck Riester s'est bien sûr voulu rassurant sur les éventuelles atteintes à la vie privée :

Nouvelle citation originale à la radio de Riester : « C'est tout le travail qui va être conduit avec le CSA, avec les opérateurs de télécommunication… pour arriver à avoir un dispositif qui est protecteur de la vie privée de nos compatriotes. » Devillers : « Dispositif que vous n'avez pas encore. » Riester : « Euuuh, pas en détail. »

Je suis hyper rassuré.

La vie privée est bien sûr au centre des préoccupations des entités qui veulent étendre le domaine d'application de la publicité segmentée.

Un mec en costard avec un médaillon dollar autour du cou et un cigare aux lèvres : « Voilà, donc on va vendre de la cocaïne dans les écoles primaires.  Mais c'est tout le travail qui va être conduit avec l'OMS, avec les parrains de la mafia… pour arriver à avoir un dispositif qui est protecteur de la santé de nos enfants.  Au pire, en cas d'addiction, on leur fera un numéro d'appel, c'est la réponse universelle, en ce moment. »

Quant au fameux « dispositif protecteur de la vie privée », si c'est comme le logiciel de sécurisation qui devait être fourni avec la Hadopi…

Un squelette derrière son ordinateur, avec des toiles d'araignées. Une flèche indique : « Internaute attendant patiemment de pouvoir sécuriser son accès Internet avec le pare-feu OpenOffice » Le smiley ricane : « Aaaah, les blagues de 2009… increvables ! » Note : BD sous licence CC BY SA (grisebouille.net), dessinée le 19 février 2020 par Gee.

Sources :

Publié le 21 février 2020 par Gee dans Dépêches Melba

🛈 Si vous avez aimé cet article, vous pouvez le retrouver dans le livre Grise Bouille, Tome IV.

Soutenir

Ce blog est publié sous licence libre, il est librement copiable, partageable, modifiable et réutilisable. Il est gratuit car financé principalement par vos dons. Sans inscription, vous pouvez très simplement me soutenir :

Pour l'année 2023-2024, 11 079 € ont pour l'instant été collectés sur un objectif annuel de 21 000 € (SMIC brut), soit 53 % de l'objectif :

Sources de revenu

L'année étant entamée à 80 %, il y a actuellement un retard de 5 721 € sur l'objectif.

Avancement de l'année

Vous pouvez également, si vous le souhaitez, passer par une plateforme de financement participatif :