Annonce : retrouvez-moi ce dimanche à 17h00 au Festival du Livre de Paris pour une séance de dédicaces de mon roman Sortilèges & Syndicats !

Les héros du réchauffement

Publié le 19 juillet 2019 par Gee dans Comic trip, GBBU
Inclus dans le livre Grise Bouille, Tome IV

Bon, ça fait des plombes que j’annonce le Grease Boy Bullshitgraphic Universe, et toujours rien (vous me direz, vous avez l’habitude). Bah voilà, c’est parti. Il y a beaucoup d’auto-références, si vous ne visitez pas régulièrement le blog, allez faire un tour du côté de la section Comic Trip pour les comprendre 🙂

Les héros du réchauffement

Autour d'une table, on trouve le lapin des comptines, le Geek, Nounours et Superflu. Le Geek : « Bienvenue à cette première réunion des Apredjers*. Nous ne sommes que 4 aujourd'hui, mais on va faire avec. Présentez-vous succinctement. » Le lapin : « J'suis le Lapin des Comptines. J'aime la marijuana et casser la gueule aux chasseurs. » Nounours : « Nounours, syndiqué depuis peu. J'aime la polyphonie corse et la révolution prolétarienne. » Superflu : « Superflu, superhéros à la campagne. J'aime les slips mauves.  Dites, c'était pas costumé, normalement ? »

Avengers/Apredjers, t'as compris ou t'as pas compris ?

Le Geek : « Bien, alors pour commencer, j'aimerais qu'on définisse notre mission. » Le lapin : « Alors perso, j'aimerais déjà qu'on définisse à quel moment on t'a désigné chef. Y m'semble que ça devait être moi. » Le Geek : « Nope, c'est à l'ancienneté. » Le lapin : « Ça fait très “ancien monde”, comme principe.  Pas très start-up nation, tout ça. »

Le Geek : « Au fait, t'as pas un peu changé de tête, toi ? » Le lapin : « Si, parce que Gee s'est rendu compte qu'un lapin avec une truffe, c'était débile.  V'là le dessinateur en carton… » Le Geek : « Tu m'étonnes… T'aurais vu ma tronche en 2009. »

Le Geek : « Enfin bref. Des idées, pour une mission ? Une grande cause ? Je sais pas, moi… Un ennemi commun ? » Superflu : « Un truc genre réchauffement climatique. » Le Geek, surpris : « Pas con. » Superflu : « Bah ouais. » Le Geek : « Du coup ça m'étonne un peu de vous. » Le lapin : « Ouch. »

Le Geek : « Bon, bah partons là-dessus. Des idées, pour faire avancer l'écologie ? » Le lapin : « Ah vous allez pas me gonfler avec ça, hein. Moi je fais ma part, façon lapin : je mange mon caca. » Superflu : « C'est dégueulasse ! » Le lapin, les bras croisés : « Tu peux pas faire plus écologique, c'est du recyclage à la source. » Nounours, en tirant la langue d'un air taquin : « Et ça t'embête pas d'avoir du caca collé aux poils ? » Le lapin : « Commence pas, Nounours. »

Le Geek, pas convaincu : « Bel effort, le mangeage de caca, mais j'suis pas sûr que ce soit généralisable. » Le lapin : « C'est parce que vous y mettez pas de bonne volonté ! Forcément, être écolo, ça veut dire renoncer à un peu de confort ! » Le Geek : « “Renoncer à un peu de confort”, c'est un euphémisme pour du caca dans la bouche… » Nounours, blasé : « Dites, si j'ai décliné une offre de Ministre de l'Écologie avant-hier, c'est que l'idée d'être un mange-merde me tentait pas. » Superflu, distrait, regarde passer un papillon.

Le lapin se tient debout à côté d'un tableau sur lequel sont dessinées des crottes (avec un symbole « ok » et « non »). Il explique : « Regardez, c'est simple ! Si la crotte est molle et verdâtre, je mange. Si la crotte est marron et dure, je mange pas. » Le Geek, se pinçant l'arête du nez d'un air médusé : « Et moi qui m'attendais à ce que cette BD remonte le niveau habituel du blog… » Superflu, pensif : « Les crottes vertes, ça a un rapport avec la croissance verte, ou pas du tout ? » Nounours croise les bras sans rien dire. Le lapin enfonce le clou : « Mou et vert, bien. Marron et dur, pas bien. »

Le Geek, excédé : « Bon, stop ! Je mets mon veto sur le mangeage de caca. » Le lapin : « Nan mais depuis quand t'as un droit de veto, toi ?! » Le Geek : « Déso pas déso. » Superflu, qui ne comprend rien : « Le Lapin a besoin d'un véto, maintenant ? Ça doit être à force de manger son caca… » Nounours a toujours les bras croisés.

Superflu, soudain très enthousiaste : « Sinon, on pourrait peut-être mettre des clims partout dehors et les orienter vers le ciel !  Comme ça, hop ! Hocus pocus, refroidissement climatique ! » Le Geek, définitivement médusé : « Raaah, mais… » Le lapin : « Ah bah tu vois, fausse alerte, il est redevenu con, lui. » Nounours tente un timide : « Sinon… »

Le Geek, plein d'espoir : « Oui ? Nounours ?  Une idée ? » Nounours : « Sinon… »

Nounours commence un long monologue : « Bah sinon on pourrait détruire le capitalisme qui en 200 ans a épuisé toutes les ressources, flingué 80 % des insectes, vidé les océans, pollué l'eau l'air et la terre, bétonisé la moindre parcelle, asservi l'humanité au service de quelques-uns… »

La « caméra » dézoome, on voit la scène d'un peu plus loin. Nounours : « Et puis arrêter la course à la croissance en renversant le système bancaire qui n'est qu'une pyramide de Ponzi géante condamnant les gens à toujours produire plus pour rembourser les intérêts des dettes avec de nouvelles dettes, système bancaire où réside le seul vrai pouvoir de décision politique et qui fait de nos démocraties des farces où s'organise notre propre impuissance… »

Ça dézoome encore plus, les personnages commencent à être dans l'ombre. Nounours : « Saisir les moyens de production pour organiser équitablement le partage du travail et surtout des richesses, pour que tout le monde vive décemment tout en réduisant drastiquement la production et la consommation globale – et donc surtout celle des plus riches, nous compris – au lieu de diviser l'humain entre burn-out et misère, de gaspiller ce qu'on produit en 10 fois trop de quantité et de laisser en même temps crever de faim un sixième de l'humanité… »

Encore plus dézoomé, cette fois les personnages sont en tout petit et dessinés comme de simple silhouettes noires sur le fond blanc, avec seuls les yeux dessinés. Nounours : « Enfin, zigouiller – ou foutre en taule si vous êtes d'humeur magnanime – la tripotée de pourritures qui sont aux commandes depuis des décennies et qui ont préféré verrouiller leurs privilèges plutôt que d'agir avant qu'il ne soit trop tard, et qui achètent des maisons en Norvège pour survivre pendant qu'on cuira tous dans le désert invivable que seront devenues les régions tempérées d'aujourd'hui. »

On revient au zoom normal. Tous les personnages ont l'air estomaqués, il y a un grand silence.

Exactement la même image qu'avant, le silence se poursuit, les personnages sont littéralement sans voix.

Le Geek se retourne vers le lapin : « Tu peux nous remontrer comment tu différencies les bonnes des mauvaises crottes ? » Nounours a l'air déçu. Note : BD sous licence CC BY SA (grisebouille.net), dessinée le 19 juillet 2019 par Gee.

Publié le 19 juillet 2019 par Gee dans Comic trip, GBBU

🛈 Si vous avez aimé cet article, vous pouvez le retrouver dans le livre Grise Bouille, Tome IV.

Soutenir

Ce blog est publié sous licence libre, il est librement copiable, partageable, modifiable et réutilisable. Il est gratuit car financé principalement par vos dons. Sans inscription, vous pouvez très simplement me soutenir :

Pour l'année 2023-2024, 9 410 € ont pour l'instant été collectés sur un objectif annuel de 21 000 € (SMIC brut), soit 45 % de l'objectif :

Sources de revenu

L'année étant entamée à 61 %, il y a actuellement un retard de 3 400 € sur l'objectif.

Avancement de l'année

Vous pouvez également, si vous le souhaitez, passer par une plateforme de financement participatif :