Annonce : retrouvez-moi ce dimanche à 17h00 au Festival du Livre de Paris pour une séance de dédicaces de mon roman Sortilèges & Syndicats !

Mastodon, c'est chouette

Publié le 18 novembre 2022 par Gee dans Dépêches Melba

On cause beaucoup de Mastodon en ce moment. Je me suis dit que c'était le moment pour vous en parler, pas spécialement d'un point de vue technique, mais juste pour vous dire ce qui me plaît dans ce réseau.

J'en profite pour vous rappeler (ou vous apprendre) que je serai présent au Capitole du Libre à Toulouse ce week-end ! Vous pourrez me trouver la plupart du temps au stand Framasoft. J'y dédicacerai les bouquins suivants :

Viendez beaucoup !

Mastodon, c'est pouet chouette

Avec le rachat de Twitter par Elon Musk, une nouvelle vague d'arrivées a atteint Mastodon, le réseau de microblog libre et décentralisé.

En bord de mer, une grosse vague avec plein de gens dedans qui disent : « Coucou, on arriiiiiive ! » Un homme court sur le ponton en criant : « Aaaaah vite, redimensionnez les serveurs ! »

Je ne doute pas que la vague retombera, à commencer parce que Mastodon ne vous manipule pas pour vous rendre accro à son utilisation.

Une image scindée en deux. À gauche, un homme regarde son téléphone : « Ouais, Mastodon c'est sympa, mais j'ai quand même envie de revenir à Twitter… » À droite, le même regarde un sachet de poudre (il a lui-même de la poudre dans le nez) : « Ouais, la farine c'est sympa, mais j'ai quand même envie de revenir à la cocaïne…

Ça fait partie des choses que j'aime sur Mastodon : un design qui tente de désamorcer les comportements malveillants.

Un homme regarde son téléphone, surpris : « Attends, on peut même pas citer un message ? » La Geekette : « Non : si tu veux réagir, tu réponds.  En général, les gens qui citent des messages veulent simplement se mettre en avant au détriment d'autrui, donc on ne le fait pas ici. »

Je pourrais aussi vous parler des CW, les « content warning » (avertissement sur le contenu) qui permettent de masquer un message en précisant juste le sujet en clair.

Deux hommes avec des chapeaux de Schtroumpfs discutent. Le premier, face à son ordinateur : « Mais, Groumpf Grognon, pourquoi tu ne regardes pas le contenu de ce message qui parle de groumpf ? » L'autre, les poings serrés : « Moi j'aime pas le groumpf. »

On peut également flouter les images par défaut, ce qui permet par exemple de commenter une image de film contenant un spoiler en prévenant les gens avant un clic malencontreux.

La Geekette, la langue tirée : « Ouais. Ou poster une image érotique floutée par défaut. » Un homme, choqué : « De kouwa ?! Y'a du sékse ?! » La Geekette : « Oui, mais avec un petit tag NSFW* pour la politesse. »

« Not Safe For Work », ne regardez pas ça au boulot.

Alors bien sûr, ce design qui se veut apaisé (et apaisant) implique aussi de se défaire de certains réflexes de Twitter…

Un homme, blasé, regarde son téléphone : « Mais c'est nul !  J'ai pas accès aux statistiques de vues de mon message ! » La Geekette : « Bah non. C'est pas la course à l'échalote, ici.  Même pour voir le nombre de partages et de likes, il faut cliquer sur le message, c'est pas affiché par défaut. » L'homme : « Mais… et mes shots de dopamine, alors ? »

En même temps, qu'est-ce que c'est reposant, même à un niveau purement technique.

Un homme, détendu allongé sur une chaise longue avec des lunettes de soleil : « C'est pas tous les jours que je vais sur un site avec zéro tracker et zéro pub. » Sur une autre chaise longue, le logiciel uBlock se repose aussi : « Moi, ça me fait des vacances… »

Même les liens sur lesquels vous cliquez ne vous pistent pas, encore une fois contrairement à Twitter.

Gee : « Sur Twitter, vous avez remarqué que le lien affiché n'est pas le même que la vraie destination sur laquelle vous envoie le lien ? » Une image de tweet montre un curseur sur le lien https://ptilouk.net, mais le lien affiché est https://t.co/48ISi6Z34Z. Gee : « C'est parce que tous les liens passent par le domaine t.co qui permet à Twitter de récupérer toujours plus de données comportementales sur vous. »

Après, Mastodon n'est pas non plus un havre de paix et de tranquillité. Le côté microblog encourage toujours les prises de bec et la recherche de la bonne réplique ciselée, au lieu des débats sereins. Même avec une limite de caractères plus haute que sur Twitter.

Un barbu derrière un gros écran cathodique : «Mouais, ceci dit, on s'engueulait déjà en 18 paragraphes de 10 lignes chacun sur les forums phpBB… » Le smiley : « Est-ce que ce ne serait pas encore un cas où le problème se situe entre la chaise et le clavier ? »

On fait également souvent le reproche qu'il n'y a pas d'outil intégré pour faire un « thread », un fil de message continu (il faut répondre manuellement à chaque message).

La Geekette, enthousiaste : « Après, si vous avez tant de trucs à dire d'un coup…  FAITES UN BLOG, BOUDIOU ! »

Pour finir, je ne peux m'empêcher de vous parler de ce que je préfère dans Mastodon, sans aucun doute la killer feature la plus disruptive #StartUpNation, face à laquelle Twitter ne pourra jamais rivaliser : les messages s'y appellent des « pouets ».

Un mec blasé : « Et alors ? » Gee : « Bah c'est rigolo. » Le mec : « Ça fait pas très sérieux. Avec ce genre de bêtise, Mastodon n'ira pas bien loin. J'imagine pas qu'on dise à un community manager « tiens, t'as fait combien de repouets, là ? » Gee : « Tant mieux. »

Oui je sais, la dernière version remplace « pouet ! » par « publier », mais ça restera toujours des pouets dans mon cœur. #TeamPouet

Note : BD sous licence CC BY SA (grisebouille.net), dessinée le 16 novembre 2022 par Gee.

Publié le 18 novembre 2022 par Gee dans Dépêches Melba

Soutenir

Ce blog est publié sous licence libre, il est librement copiable, partageable, modifiable et réutilisable. Il est gratuit car financé principalement par vos dons. Sans inscription, vous pouvez très simplement me soutenir :

Pour l'année 2023-2024, 9 410 € ont pour l'instant été collectés sur un objectif annuel de 21 000 € (SMIC brut), soit 45 % de l'objectif :

Sources de revenu

L'année étant entamée à 61 %, il y a actuellement un retard de 3 400 € sur l'objectif.

Avancement de l'année

Vous pouvez également, si vous le souhaitez, passer par une plateforme de financement participatif :