Annonce : retrouvez-moi ce dimanche à 17h00 au Festival du Livre de Paris pour une séance de dédicaces de mon roman Sortilèges & Syndicats !

L’accro d’Nîmes

Publié le 21 septembre 2018 par Gee dans Tu sais quoi ?
Inclus dans le livre Grise Bouille, Tome IV

Attention, cet article REGORGE de jeux de mots extrêmement débiles (je ne sais pas ce qui m’a pris). À part ça, vous apprendrez peut-être deux trois trucs (ou pas). Dans tous les cas, amusez-vous bien 🙂

L'accro d'Nîmes

Un mec s'exclame : « Aaaah, Nîmes… Comme j'en aime l'arène ! » Une dame avec une couronne répond : « Et si tu m'aimes, prends Gard à toi. » Une flèche indique : « C'est la reine Annie, qui n'a d'ailleurs rien à foutre si loin au sud. » Le smiley précise : « Ce serait d'ailleurs dommage qu'un jour, quelqu'un occit Annie.  Farpaitement, pour un jeu de mots pourri, je suis prêt à tous les pataquès*. »

Un « pataquès » désigne une faute de liaison volontaire, c'est pas DU TOUT le sujet mais ça permet d'apprendre quelque chose même au détour d'un dessin d'intro déjà hors-sujet.

Passons rapidement sur ces jeux de mots déplorables dignes des heures les plus sombres du Geektionnerd (et qui n'intéressent ni vous nîmois) pour en venir au sujet :

Les acronymes.

Le smiley, tout content de comprendre : « Aaaaaah, c'était donc ça. »

Un acronyme est une abréviation que l'on prononce comme un mot ordinaire au lieu de la lire lettre par lettre.

Gee fait un clin d'œil en disant, le doigt tendu vers l'écran : « Et voilà, merci d'avoir lu !  N'hésite pas à partager cet article sur Facebook et Twitter et à t'abonner ! » Le smiley, avec des lunettes, l'imite : « Retrouvez-moi sur MySpace ainsi que sur mon Skyblog ! »

Bon, okay, okay…

Développons un peu.

Le smiley, à côté des mots « un peu » écrits avec beaucoup d'espaces entre chaque lettre, dit : « C'est fait. » Gee, blasé, demande : « Petite forme aujourd'hui, non ? »

Déjà, remarquons qu'il existe des cas où l'acronymie d'une abréviation ne fait pas consensus, comme l'ONU.

À l'ONU, le représentant du Benelux demande : « Ne devrait-on pas dire “onu” comme un acronyme et non “ohénu” ? » Le représentant du CCCP lève la main en répondant : « Nous prononçons un veto contre l'acronyme !  Vive les initiales ! » Le smiley, taquin : « C'est vrai que les consensus, à l'ONU, c'est pas souvent… »

Parfois, il n'y a d'ailleurs pas consensus là où il devrait clairement y en avoir un…

Le Geek dit : « On va aux RMLL, cette année. » La Geekette : « Aux quoi ?! » Le Nerd explique : « Bah aux Rencontres Mondiales du Logiciel Libre ! » La Geekette : « Aaaaah, les reumeuleuleus ! » Le smiley, blasé : « On n'y gagne même pas en nombre de syllabes… »

Mais laissons les geeks/libristes de côté car on va y revenir plus tard…

Parfois, un animateur télé devient un mème en allant hasarder un acronyme incorrect sur une abréviation qu'il découvre.

Le Geek est derrière un ordinateur, on entend le son de la vidéo : « Souvent des jeunes qui passent leurs journées derrière un écran à se goinfrer des meuporgs*… » La Geekette passe la tête par la porte et dit en rigolant : « 2010 a appelé, il veut qu'on lui rende son mème… » Le smiley, les bras levés au ciel : « RIP in peace, Nathanaël, petit ange parti trop tôt de Télématin… »

L'abréviation originale étant MMORPG, pour Massively Mutiplayer Online Role-Playing Game, jeu de rôle en ligne massivement multijoueur.

Certains acronymes sont devenus tellement utilisés qu'on a oublié qu'ils étaient des acronymes.

Gee, bras croisés, précise : « C'est un “on” général, hein. Je sais qu'il y a des gens qui savent que les mots dont je vais parler sont des acronymes.  Oui, c'est à toi que je cause, Monsieur “Oui- mais-moi-je-savais-déjà-bande d'incultes-et-nianiania”. » Le smiley, stupéfait, s'exclame : « Mais commence pas à insulter tes commentateurs !  T'en as pas ! »

On pourrait par exemple parler des fameux biscuits BN, biscuits qui viennent tout bêtement de la…

Un BN termine : « Biscuiterie Nantaise. Par contre, pour le coup, c'est pas un acronyme, à moins que tu ne m'appelles Ben…  Et j'vous préviens que si on repart dans les jeux de mots géographiques, j'me barre. » Le smiley commente : « Une grande occasion manquée de collaborer avec les Princes de Lu pour faire une Biscuiterie LuLu la Nantaise… »

Il y a aussi le FAMAS, arme officielle de l'armée française jusqu'à 2016, qui a une sonorité beaucoup plus « bien d'chez nous » en forme longue…

Le Nerd et le Geek sont derrière leurs PC respectifs, en train de jouer à un FPS. Le Nerd : « Pour l'assaut contre les terroristes, j'utilise plutôt le M16 ou le Fusil d'Assaut de la Manufacture d'Armes de Saint-Étienne ? » Le Geek : « J'aimerais surtout que t'utilises l'acronyme pour qu'on passe pas 2h30 à planifier la mission… »

Un petit dernier pour la route ?

Cette fois, c'est une abréviation qui prend la première syllabe de chaque mot (et non juste l'initiale). Celui qu'on appelle également « essuie-tout »…

Le Geek, les mains sur les hanches, juge le Nerd en disant : « Qu'est-ce que le “Société du Papier-Linge” fait sur ta table de nuit ? » Le Nerd : « Euuuuh… » Le smiley explique : « Forcément, quand on n'dit pas “sopalin”, c'est moins clair. »

L'acronyme est parfois construit dans l'autre sens : on trouve d'abord un mot (de préférence court et avec des lettres courantes) et on essaie ensuite d'utiliser les lettres de ce mot comme initiales d'un nom bien choisi.

On appelle cela un « rétroacronyme ».

Gee présente : « Pyg (pseudonyme-acronyme) de Framasoft est devenu hyper-doué pour ce genre de trucs. » Pyg explique : « Vous connaissez CHATONS, le Collectif des Hébergeurs Alternatifs, Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires ?  Ou UPLOAD, Université Populaire Libre, Ouverte, Accessible et Décentralisée ? » Gee : « Il est fort, le con. »

Notez que chez Framasoft, on n'est pas les pires pour ce qui est de trouver des rétroacronymes tordus…

Gee, la main sur la tête, consterné : « Bilivitornote, le “Patriot Act”, loi liberticide mise en place aux États-Unis après le 11 septembre, est un rétroacronyme.  Son nom complet est le USA PATRIOT ACT, pour “Uniting and Strengthening America by Providing Appropriate Tools Required to Intercept and Obstruct Terrorism Act”. » Le smiley rigole : « Tu sens que le type qui a pondu cette connerie en avait plein le cul au moment d'atteindre le dernier mot. »

Le dernier stade de l'acronyme réside sans doute dans l'acronyme récursif, dans lequel l'une des lettres (souvent la première) est l'initiale de l'acronyme lui-même.

Est-il utile de préciser que c'est un truc d'informaticien ?

Gee explique en souriant : « L'avantage, c'est que la lettre en question est donc au choix. Par exemple, GNU (qui signifie “GNU's Not Unix”) aurait tout aussi bien pu s'appeler ONU, même si, encore une fois, ce choix n'aurait pas fait consensus. »

Terminons sur le dernier stade du dernier stade : l'acronyme récursif imbriqué.

GTK signifie « The GIMP ToolKit » ; GIMP signifie « GNU Image Manipulation Program » ; GNU signifie « GNU's Not Unix », avec la récursion ; UNIX signifie « UNiplexed Information and Computing Service ». Gee commente : « C'est là qu'on voit la supériorité d'Apple qui est beaucoup plus simple à appréhender, même au niveau des noms. Comme leur fameux Machin Affreusement Cher et Ouvertement Sectaire. »

Sur ces bons mots, je vous laisse, parce qu'entre les jeux de mots pourris, les acronymes de libristes et les vannes contre les OS propriétaires, on va vraiment finir par se croire sur le Geektionnerd.

Gee, tout content, lève les bras en signe d'accueil et dit : « Alors que vous êtes bien sur GRISE BOUILLE !  Grosse Rigolade Illustrée Simplement Et Bavardages Occasionnellement Utiles Intriguant Le Lectorat Esclaffé. » Le smiley est hilare : « Rétroacronyme trouvé 3 ans et demi après le début du blog. Bravo. » Note : BD sous licence CC BY SA (grisebouille.net), dessinée le 20 septembre 2018 par Gee.

Publié le 21 septembre 2018 par Gee dans Tu sais quoi ?

🛈 Si vous avez aimé cet article, vous pouvez le retrouver dans le livre Grise Bouille, Tome IV.

Soutenir

Ce blog est publié sous licence libre, il est librement copiable, partageable, modifiable et réutilisable. Il est gratuit car financé principalement par vos dons. Sans inscription, vous pouvez très simplement me soutenir :

Pour l'année 2023-2024, 9 410 € ont pour l'instant été collectés sur un objectif annuel de 21 000 € (SMIC brut), soit 45 % de l'objectif :

Sources de revenu

L'année étant entamée à 61 %, il y a actuellement un retard de 3 400 € sur l'objectif.

Avancement de l'année

Vous pouvez également, si vous le souhaitez, passer par une plateforme de financement participatif :