Un point sur le streaming

Publié le 18 septembre 2023 par Gee dans Tu sais quoi ?

Une BD qui n'apprendra sans doute pas grand-chose au cœur techno-enthousiaste de mon lectorat. Mais si ça peut remettre quelques trucs au clair pour d'autres, c'est toujours ça de pris !

Un point sur le streaming

Dans le langage courant, on distingue en général le « téléchargement » d'œuvres audiovisuelles du « streaming » (qu'on pourrait traduire par « lecture en continu » en français).

La Geekette : « Et toi, tu télécharges souvent des films ou des séries ? » Mec lambda : « Ah non, moi je regarde tout en streaming… »

La Geekette : « Ah, donc tu ne télécharges rien ? » Mec lambda : « Ben non. » La Geekette : « Donc ça n'utilise pas ton forfait data ? » Mec : « Euuuh, bah si ? » La Geekette : « Donc y'a bien des trucs qui sont téléchargés, non ? » Mec : « Euuuh, bah non, c'est du streaming ! »

C'est une erreur commune de penser que le streaming et le « téléchargement » sont deux processus complétement distincts.

Mec : « Non mais d'accord, quand je regarde un truc en streaming, les données passent sur le réseau, donc ça consomme de la data ! Par contre, y'a rien qui est stocké quoi, c'est pas du téléchargement. J'ai bon ? » La Geekette : « Pas du tout ! » Le smiley : « Mais vous repartez quand même avec un dictionnaire Larousse. »

Si vous pensiez vous aussi que rien n'était copié sur votre appareil quand vous streamiez, j'ai une mauvaise nouvelle pour vous…

Hé, pssst… approchez.

Quand vous regardez une vidéo en streaming, elle est téléchargée et copiée sur votre appareil.

« TA-TA-TAAAAA ! » Une flèche pointe vers le texte « Sonorisation typique de l'intonation dramatique d'une telle révélation ». Le mec lambda : « OH MON DIEU ! Je suis un pirate ! » Un vrai pirate, derrière : « Mais pas du tout ! Laissez-nous en dehors de tout ça ! »

Pour faire simple : votre carte graphique (qui gère les flux vidéos) n'est reliée qu'aux composants de votre ordinateur, elle ne peut pas « lire une vidéo sur un serveur distant ».

Un schéma montre un serveur distant, la carte graphique qui peut lire sur le stockage local (disque dur, mémoire du téléphone), l'interface réseau (Wi-Fi, 4G, etc.) qui peut transférer entre le serveur distant et le stockage. Il n'y a pas de lien entre la carte graphique et le serveur, ni entre la carte graphique et l'interface réseau. Le smiley : « La vidéo passe du serveur distant à votre disque dur en passant par l'interface réseau. Elle est ensuite lue DEPUIS votre disque dur. »

Et j'vais même vous dire…

C'est pareil pour l'intégralité de ce que vous voyez sur Internet.

Quand vous consultez une page web, elle est copiée sur votre ordinateur. Comme chaque image de la page web, chaque son, chaque vidéo, etc.

Un photographe paniqué : « QUOI ?! Mais alors quand j'empêche le clic droit sur mon site pour empêcher les gens de copier ma belle photo protégée… en fait elle est déjà copiée quelque part ? » La Geekette : « Oui. » Un photographe : « Et si j'mets un NFT ? » La Geekette : « Ça change que dalle*. Si vous pouvez voir l'image, elle a été copiée, point. »

Au passage, les NFT, pour résumer, c'est de la merde. Si vous en doutez, lisez mon article à ce sujet.

La différence principale entre le streaming et ce qu'on appelle communément le « téléchargement de vidéos », c'est que le streaming implique qu'on télécharge le contenu vidéo dans l'ordre et qu'on commence la lecture avant d'avoir terminé le téléchargement.

Gee : « D'ailleurs, en général, vous pouvez le voir sur les lecteurs vidéos. La partie déjà téléchargée s'affiche d'une couleur différente. » Un exemple de lecteur vidéo est donné, on voit la tête de lecture et un petit bout de la barre de lecture d'une couleur différente juste devant, le « buffer », ou « tampon » en français.

Quand le streaming « déconne », que votre vidéo s'arrête momentanément, ça veut en général dire que la lecture a été plus rapide que le téléchargement dans cette petite « mémoire-tampon ».

Gee : « C'est pour ça que votre lecteur vous dit parfois “buffering”, c'est pas une insulte, hein. » La Geekette : « Certes. Mais ça m'empêche pas d'insulter le lecteur vidéo en retour, dans ces cas-là. »

Alors là, vous allez m'dire…

Mais où c'est-y qui-qu'ils sont stockés, les bouts de vidéo téléchargés ? On peut les récupérer ?

Gee : « Ils sont dans le cache de votre navigateur, qui est un dossier où Firefox, Edge, Safari, Chrome et compagnie, stockent les données téléchargées temporairement pour vous les afficher. » La Geekette : « Et oui, on peut les récupérer : c'est notamment ce que font des logiciels comme yt-dlp (YouTube Downloader). »

Alors… est-ce du piratage ?

Ben c'est un fichier copié sur votre ordinateur que vous copiez à nouveau. En France, l'intégralité des supports de stockage sont taxés pour la copie privée, j'aurais tendance à dire qu'on casque pour avoir le droit de le faire, mais c'est vous qui voyez.

Évidemment, cette réalité ne plaît pas beaucoup aux ayants-droit, d'où l'invention des DRM : « Digital Rights Management », des mesures techniques de protection.

Gee : « Au lieu de vous fournir les vidéos brutes, les sites avec DRM vous font télécharger des fichiers chiffrés*, illisibles par des lecteurs vidéos classique. Vous pouvez toujours les copier mais ça ne va pas vous servir à grand-chose. » Le smiley : « C'est pour ça que yt-dlp ne marche pas sur Netflix, Amazon Prime et compagnie. Désolé pour la fausse joie si vous aviez eu cet espoir à l'image précédente. »

Des données « chiffrées », si vous ne voyez pas ce que ça veut dire, c'est ce que vous appelez peut-être des données « cryptées ». La terminologie correcte est « chiffrement/chiffrer » et non « cryptage/crypter », mais si vous le saviez pas, c'est pas grave. J'en ai déjà causé dans une chronique radio, d'ailleurs.

Bon, dans les faits, à partir du moment où vous pouvez lire une vidéo, vous pouvez la copier, il faut être honnête.

La Geekette derrière son ordinateur : « Faut juste faire tourner un logiciel de capture d'écran vidéo quand vous la regardez… C'est plus long, ça réencode la vidéo, c'est pas optimal du tout, mais ça marche. » Gee : « Si on trouve les séries Netflix en téléchargement illégal dès la première diffusion, c'est bien que les DRM ne suffisent pas… Enfin je vous dis ça, le téléchargement illégal, moi j'en sais rien, c'est un copain qui m'a dit. »

Évidemment, à ce niveau, ça peut vite devenir la course à l'armement : sur certains OS bien verrouillés comme Android ou iOS, l'application Netflix vous empêche par exemple de faire des captures d'écran.

Mec lambda devant sa tablette : « Mais… C'est quoi, ce binz ?! Je fais même plus ce que je veux avec ma tablette ? Mais c'est MA tablette ! » La Geekette : « Bienvenue chez les GAFAM. Vous comprenez pourquoi les libristes gueulent sur les DRM ou pas du tout ? »

D'ailleurs, difficile de savoir où ça s'arrêtera…

Le mec filme son écran avec une caméra numérique : « Haha, là ils sont bien feintés, bon courage pour empêcher ça ! » La télé : « DISPOSITIF D'ENREGISTREMENT DÉTECTÉ, LECTURE IMPOSSIBLE ! » Le mec : « Mais #@%£& ! »

Le truc, c'est que les dispositifs de protection deviennent parfois tellement abusifs qu'ils empêchent carrément la lecture…

Mec en mode « gamer » derrière son PC : « Eh merde ! Le dernier jeu EA ne veut pas se lancer ! La connexion au serveur qui gère les droits arrête pas de tomber ! » La Geekette, pareil à côté : « Ah ouais ? Bah écoute, la version crackée marche nickel. » Le smiley : « Ironic, isn't it ? »

Parce qu'en définitive, je l'ai déjà dit, mais j'insiste : tout ce que vous voyez est copié ; tout ce qui est copié est recopiable ; tout ce qui est lu est enregistrable.

Gee : « Le streaming, ça reste toujours une forme de téléchargement et de copie. La seule façon qu'ont les ayants-droit de contrer ça, c'est de pousser pour la mise en place d'une société de surveillance totale. » Ayant-droit, avec un sourire carnassier : « Franchement, c'est pas notre genre. » Note : BD sous licence CC BY SA (grisebouille.net), dessinée le 18 septembre 2023 par Gee.

Publié le 18 septembre 2023 par Gee dans Tu sais quoi ?

Soutenir

Ce blog est publié sous licence libre, il est librement copiable, partageable, modifiable et réutilisable. Il est gratuit car financé principalement par vos dons. Sans inscription, vous pouvez très simplement me soutenir :

Pour l'année 2023-2024, 7967 € ont pour l'instant été collectés sur un objectif annuel de 21 000 € (SMIC brut), soit 38 % de l'objectif :

Sources de revenu Avancement de l'année

Vous pouvez également, si vous le souhaitez, passer par une plateforme de financement participatif :